Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Racisme: «Les Noirs sont trop stupides pour voter pour moi», aurait dit Trump

L’ex avocat de Donald Trump affirme que le président avait utilisé des propos racistes à plusieurs reprises avant son élection.

Michael Cohen, un ancien confident de Trump, a déclaré à Vanity Fair que le président lui avait dit un jour que « les Noirs sont trop stupides pour voter» pour lui et l’avait mis au défi de nommer « un pays dirigé par une personne noire qui n’est pas un trou à rats. »

Les révélations de Michael Cohen font suite à la publication par Omarosa Manigault Newman, la plus éminente Afro-Américaine à la Maison-Blanche, d’un mémoire dans lequel elle affirme que Trump est un « raciste » qui avait tenu à plusieurs reprises des propos racistes pendant la réalisation de son émission de télé réalité The Apprentice.

À l’époque, l’attachée de presse de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, avait déclaré que « ce livre est truffé de mensonges et de fausses accusations » et avait traité Newman d’ancienne employée mécontente de la Maison-Blanche… cherchant à profiter de ces fausses attaques. »

Plus tôt ce mois-ci, Cohen est retourné au Parti démocrate, la dernière d’une série de mesures qu’il a prises pour s’éloigner de Donald Trump.

Dans l’interview de Vanity Fair, Cohen relatant une conversation avec le président américain a déclaré : « Je lui ait dit que les minorités ethniques étaient absentes lors de ses meetings. Trump a répondu : « C’est parce que les Noirs sont trop stupides pour voter pour moi. »

L’ex avocat a comparé ce propos à celui qu’il aurait tenu, des années auparavant, après le décès de Nelson Mandela.

« Nommez un pays dirigé par une personne noire qui ne soit pas un trou à rats. »

Cohen avait été président adjoint des finances du parti républicain, mais il a démissionné de ce poste plutôt cette année dans le cadre d’une enquête criminelle sur ses relations d’affaires.

En août, il a plaidé coupable à huit chefs d’accusation fédéraux, notamment d’évasion fiscale, de fraude bancaire et d’infractions liées au financement des campagnes électorales. En plaidant coupable, il a révélé que Trump lui avait ordonné d’organiser des paiements avant les élections de 2016 pour acheter le silence de l’actrice de porno Stormy Daniels et un ancien mannequin Playboy qui alléguait avoir eu des liaisons avec Donald Trump.

Afrikmag

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct