Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Entre espoirs et défis

Cette année, la journée s’est tenue dans un contexte particulier marqué par les espoirs suscités nés des résultats, et des défis en lien avec la situation sécuritaire.

ecowas cedeao pays africains sommet

L’insécurité rampante fait planer la psychose sur des zones de productions du delta intérieur du Niger et du delta mort.

Pour rappel, la vision présidentielle du développement est de faire de l’agriculture son levier stratégique à même de créer de la richesse pour le plus grand nombre et de l’emploi. Pour atteindre cet objectif, des mesures volontaristes  du secteur ont été prises : Ainsi 15% du budget national ont été alloués à l’agriculture, un vaste programme de maitrise des eaux de surface a été mise en route avec comme finalité la réalisation de 100 000 ha à l’horizon 2018. La mécanisation du secteur fait partie aussi des mesures avec un objectif de relever le niveau d’équipement des producteurs de 40 à 60%. La sécurisation du foncier en milieu rural a connu un bon qualitatif avec l’adoption d’une loi qui protège les exploitations agricoles contre les abus. L’injection de prêt de 250 milliards pour créer l’emploi en milieu rural vient compléter ce chapelet  de mesures volontaristes.

Les résultats à l’état actuel donnent droit à l’espoir car le Mali avec 8.900.000 tonnes de céréales devient premier producteur en Afrique occidental. Avec 647.000 tonnes de coton graine, le Mali est premier en zone CEDEAO et deuxième en Afrique. L’opération tracteur a érigé au rang de second pays le plus équipé en Afrique occidentale.

Ces résultats très encourageants ne doivent pas nous faire oublier les défis au plan sécuritaire et de l’intégration.

En fait, notre pays qui occupe la position centrale de ce qui est convenu d’appeler le G5 sahel, connait une insécurité rampante marquée par des attaques terroristes mais aussi du grand banditisme. Du coup des espaces de production se trouvent exposés sans que la réponse gouvernementale ne soit adaptée. En plus de production brute, cette situation handicape la circulation des produits entre zones. Le secteur agricole prend un coup dur en termes de productivité et il va falloir relever ce défi pour l’atteinte des objectifs.

MOC

 

Source:  Delta Tribune

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct