Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Chantier de la route Kalabancoro-Kouloubléni : UN LÉGER RETARD

Le ministre des Infrastructures et de l’Equipement a visité, vendredi dernier, le chantier de la route Kalabancoro – Kouloubléni pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux de construction, de bitumage de ce tronçon et des travaux connexes. Mme Traoré Seynabou Diop était, à cette occasion, accompagnée des membres de son cabinet, des autorités politiques et administratives de cette commune rurale, dont le maire Tiékoura Diarra.


Ces travaux visent l’amélioration de la mobilité urbaine dans les grandes agglomérations. C’est dans cette optique que le gouvernement a, faut-il le rappeler, entrepris, dans le cadre de son programme de projets prioritaires 2016-2018, sur financement du budget national, l’aménagement de la voie principale de Kouloubléni (Commune rurale de Kalabancoro, cercle de Kati), ses bretelles et raccordements sur une longueur totale de 7,3 km.
Les travaux prévus à cet effet comportent plusieurs volets. Voirie urbaine : route, infrastructures et réseaux divers de la voie principale sur 4,42 km, la bretelle d’accès à la voie de Kalabancoro sur 0,33 km, les prolongements des rues n° 734 et n° 704 sur 0,54 km et les amorces sur 1,40 km. Aménagement de la gare routière comprenant les travaux de voirie : route, infrastructures et réseaux divers des voies internes et externes sur 0,61 km, construction des bâtiments, création d’une ceinture verte autour de la gare routière et plantation d’alignement le long des voies ainsi que les travaux d’environnement et d’accompagnement du projet. Et l’éclairage public. Le coût global des réalisations est estimé à 7,384 milliards de Fcfa pour une durée de 12 mois, contre 14 mois pour les prestations de la mission de contrôle. En effet, à la date du 16 mai 2019, l’état d’avancement physique global des travaux est de 38% pour 78% de délai consommé. Dont 37% pour la composante voirie urbaine, 8% pour le composant éclairage public et 59 % pour la composante gare routière.
Les raisons de ce retard semblent révolter, le ministre Diop. Pour elle, elles sont dues à des difficultés liées à l’occupation des emprises par les réseaux EDM S.A, SOMAGEP et des opérateurs de téléphonie. «On a beau en parler, ils n’arrivent pas à les sortir. Donc, nous étions venus voir exactement quel était l’impact de ce non dégagement des emprises sur le travail. Cela ralentit le chantier. Mais, partout on a pu travailler et on a avancé», a constaté Mme Traoré. Avant d’ajouter : «Je ne suis pas satisfaite de l’avancement du travail, mais ce qui a été fait est bien et c’est un plus, mais il va falloir qu’on accélère». Car, «la saison des pluies arrive et nous ne pouvons pas travailler sur tous les tronçons pendant la saison des pluies. La période est généralement, chez nous, une période assez morte. On ne va pas arrêter à cent pour cent. On va faire tout ce qu’on peut, parce que la pluie nous permet de faire certains travaux et pas d’autres», a justifié le ministre des Infrastructures et de l’Equipement. Ainsi, pour combler le retard, elle a annoncé la tenue d’une réunion pour réviser le planning afin de soulager davantage les populations, en prenant en compte les préoccupations qu’elles ont soulevées lors de sa visite. «Nous avons compris et nous leur avons demandé de patienter à certains endroits», a-t-elle dit, assurant que l’entreprise va prendre des mesures énergiques à cet effet.
En réponse, le directeur général de l’Agence d’exécution des travaux d’intérêt public pour l’emploi (AGETIPE-Mali) s’est engagé à prendre toutes les dispositions nécessaires, conformément aux instructions données par la ministre Traoré Seynabou Diop, afin de terminer les travaux dans un délai relativement court.

Amadou GUÉGUÉRÉ

 

Source: L’ Essor- Mali

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct