Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Ce qui se passe réellement !

Le scandale de l’attribution du permis de Menankoto dans le cercle de Kéniéba à ‘’Little Big Mining’’, au détriment de la société B2Gold, première détentrice du permis d’exploration pour 7 ans, en violation du Code minier et de toutes assurances de renouvellement du permis du ministère des Mines, de l’Energie et de l’Eau, rentre indubitablement dans sa séquence la plus hideuse avec une immonde campagne de manipulation mentale en surfant sur la fibre patriotique de nos compatriotes. Qu’est-ce qui se passe réellement ?

 

Primo, B2Gold, à travers sa filiale Menankoto SARL, a dépensé 27 millions de dollars US à ce jour, dans le développement du site de Menankoto (Kéniéba), a foré plus de 250 000 mètres dans plus de 5 OOO trous de forage et a découvert une ressource initiale de d’environ 770 000 onces d’or, qu’elle a budgétisé 6 millions de dollars US pour son programme d’exploration de Menankoto prévu pour cette année (2021). Cette ressource initiale a-t-elle aiguisé la boulimie de certains nageurs en eau trouble qui ont décidé de pêcher dans tous les marigots, pardon de rentrer dans tous les trous forés ? Il y a lieu de le croire, au regard de la génération spontanée d’une société minière sans aucune référence avérée nulle part en matière d’exploration ou d’exploitation aurifère qui revendique une paternité manifestement chaparder dont elle aurait été spoliée.
Secundo, en vertu du Code minier de 2012, Menankoto SARL avait droit à une nouvelle prolongation d’un an du permis de Menankoto ; mais le ministère des Mines, de l’énergie et de l’eau lui refuse le nouveau permis sous prétexte que la demande d’un tiers est en cours d’évaluation qui n’est autre que ‘’Little Big Mining’’ une société-écran créée pour les besoins de la cause. Dans l’entourage de la société qui se sent flouée, l’on est scandalisé d’apprendre que B2Gold ait pu bénéficier d’un quelconque appui de l’ancien Premier ministre Moctar OUANE pour quelque considération que ce soit.
Bien au contraire, assène-t-on, s’il y a une société qui semble avoir bénéficié de passe-droit, c’est bien ‘’Little Big Mining’’ dont le dossier n’avait aucune chance de faire l’objet d’un traitement, d’autant plus qu’en vertu du Code minier en vigueur, c’est celui de B2Gold qui devrait l’être en priorité absolue et que le même Code prévoit une disposition de ‘’premier venu premier servi’’. Or, assure-t-on, la demande de B2Gold est antérieure à celle de ‘’Little Big Mining’’ qui se prévaut paradoxalement du principe selon lequel la nature a horreur du vide. Ce, quand bien même la jeune société créée sur mesure n’arrive toujours pas à assener la preuve de l’antériorité de sa demande à celle de B2Gold qui n’avait besoin que d’un renouvellement de permis.
Tertio, en ce qui est des allégations relativement à l’option préférentielle d’étranger, en l’occurrence B2Gold, au détriment d’une société nationale qui n’est autre que ‘’Little Big Mining’’, de création aussi récente que circonstancielle, les sources proches du dossier expliquent que le projet de développement de Ménankoto est plutôt un partenariat entre B2Gold, par le biais de Menankoto SARL, une filiale de B2Gold constituée au Mali, et une entité malienne, à savoir la Société Ingénierie, Informatique, Exploitation Minière (S2EIM), titulaire du permis initial de Menankoto, avant que ce permis soit transféré, en 2016, à Menankoto SARL. Autant dire, soutiennent nos sources, qu’aucune société nationale n’a été flouée dans cette affaire d’attribution de permis au profit de B2Gold. La première détentrice de permis sur le site minier de Menankoto étant bien une société malienne. C’est un peu tiré par les cheveux non de soutenir qu’une société nationale a été discriminée au profit d’une ‘’multinationale’’ ?
Quarto, B2Gold Corp est un partenaire très important à ne pas étriller de la sorte. Il s’agit d’une entreprise qui est active dans notre pays depuis 2015. Elle est actuellement l’un des plus grands investisseurs dans le pays et le deuxième plus grand producteur d’or. La mine de Fékola de B2Gold dans la région de Kéniéba devrait produire entre 530 000 et 560 000 onces d’or en 2021.
La mine de Fékola constitue un partenariat important entre le Mali et B2Gold, l’État malien étant partenaire à 20% avec B2Gold. Depuis le début de l’exploitation de la mine de Fékola, en 2017, G2Gold a généré environ 580 millions de dollars US en taxes et dividendes pour le Mali. L’investissement total de B2Gold au Mali est supérieur à milliard de dollars US.
B2Gold est un important employeur au Mali avec plus de 2 200 employés, dont plus de 93% sont des ressortissants maliens. La société a payé 64 millions de dollars US en salaires et avantages sociaux à ses employés pour la seule année 2020. B2Gold s’engage à embaucher et à promouvoir des Maliens à des postes de direction dans les opérations de la mine, en donnant ainsi toutes les opportunités aux Maliens de bénéficier de ses investissements.
Les importants investissements de B2Gold, soutient-on, devraient plaider en sa faveur, si tant est que ce soit l’intérêt du Mali et des Maliens qui est la priorité.
Dans tous les cas, apprend-on, la pièce de cette vaste tartufferie pourrait se jouer ailleurs, avec tout son lot de mauvaise publicité pour notre pays qui a plutôt besoin de rassurer les investisseurs.

PAR BERTIN DAKOUO

Source : INFO-MATIN

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct