Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Organisation d’élections partielles : Le Collectif des députés recalés dit niet

Le Collectif des députés recalés par la Cour constitutionnelle, lors des élections législatives dernières, rejette en bloc les propositions de la mission de la CEDEAO qui opte pour l’organisation des élections partielles dans les circonscriptions électorales où les résultats font l’objet des contestations.

Selon son président, Bourama Traoré dit Banazolé Boura, le Collectif qui vient d’être mis sur les fonts baptismaux, demande à ce que les députés « usurpateurs » soient remplacés  immédiatement par ceux réellement élus par les électeurs.

Certains candidats proclamés gagnants à l’issue des résultats provisoires du ministère de l’Administration territoriale ont vu leur rêve brisé par la décision des neuf Sages de la Cour constitutionnelle, dont les Arrêts sont sans recours, selon les lois de la République.

Dès lors, les électeurs ont exprimé leur mécontentement par des marches mais sans suite favorable.

Pour canaliser leur réclamation, un collectif qui regroupe « les députés recalés victimes de la Cour constitutionnelle », a été créé. Aussi, il a adhéré au M5-RFP qui demande la démission du président IBK, et celle de toutes les institutions, notamment la Cour constitutionnelle et l’Assemblée nationale.

Après deux grandes manifestations organisées le 5 et le 19 juin 2020, ayant fortement secoué le régime, la CEDEAO a dépêché une mission sur Bamako pour tenter de décrisper la situation sociopolitique très tendue entre les protagonistes.

La mission, après avoir rencontré toutes les parties prenantes, a recommandé l’organisation  d’élections législatives partielles dans les circonscriptions où les résultats ont fait l’objet des contestations.

Mais, cette recommandation est rejetée en bloc par le Collectif des députés spoliés par la CC.

Selon son président, Bourama Tidiane Traoré cette recommandation est injuste à leur égard. « Nous avons été élus aux élections et notre victoire a été truquée voire volée par la Cour constitutionnelle au vu et au su de tout le monde», dit-il.

De son point de vue, il n’y a que le respect de la voie du peuple, qui passe par la reconnaissance de leur droit à être installés en lieu et place des députés usurpateurs, car ils ne sont pas élus et ils ne méritent pas de siéger à l’Assemblée nationale.

Et de rassurer qu’ils tiennent plus que jamais à cette lutte jusqu’à la victoire finale.

Seydou K. KONE

Source: Bamakonews

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct