Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

FETE DU 1ER MAI 2019 AU MALI : LES QUATRE CENTRALES SYNDICALES DÉFILENT SÉPARÉMENT, SOUS UN CLIMAT SOCIAL TENDU !

Le 1er Mai est la journée internationale des travailleurs. Chaque année, les syndicats des travailleurs de par le monde, fêtent le 1er mai. Au Mali, le monde des travailleurs est réparti entre quatre (4) centrales syndicales : l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM), la Confédération Syndicale des Travailleurs du Mali (CSTM), la Confédération des Travailleurs du Mali (CTM) et la Centrale Démocratique des Travailleurs du Mali (CDTM). En sa façon, chacune de ces quatre centrales syndicales a fêté hier mercredi, 1er mai 2019, la journée internationale des travailleurs, sous un climat social tendu, marqué par des grèves à répétition. L’UNTM de Yacouba KATILE, comme à son habitude, a organisé un défilé sur la Bourse du Travail.

 

La CSTM, dirigée par Ousmane Amion GUINDO, a élu domicile à la Promenade des Angevins, le long des rails, à Quinzambougou.

La Centrale Démocratique des Travailleurs du Mali (CDTM) de Mme SIDIBE Dédéou TRAORE, a défilé sur l’Avenue du Mali à l’ACI. Quant à l’autre centrale syndicale, CMT, nous n’avons pas eu d’échos sur comment elle a fêté le 1er mai 2019. L’occasion a été saisie par le Président de la République et plusieurs chefs de partis politiques qui ont adressé au monde du travail leurs messages de bonne fête.

SEULE LA LUTTE PAIE

En début janvier 2019, l’UNTM a observé une grève d’avertissement de 72 heures. Le succès de cette grève a obligé le gouvernement à se plier aux doléances de la centrale syndicale en douze (12) points de revendications. Ce qui a permis d’éviter une autre grève de cinq jours, allant du lundi 11 au vendredi 15 février 2019. A l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM), la principale centrale syndicale, on loue les acquis du 1er mandat de cinq ans du camarade secrétaire général Yacouba KATILE. L’un des militants témoigne qu’en cinq ans, les salaires ont augmenté de 50% ; tandis qu’il y a eu une réduction de 10% de l’Impôt sur le Traitement des Salaires (ITS). A la même période, c’est-à-dire en cinq ans, les allocations familiales ont augmenté de 200%. Le SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti) a augmenté de 100%, passant de 26 000 à 43 000 F. Il y a eu également l’harmonisation des âges de départ à la retraite. Ces résultats ont été obtenus de hautes luttes syndicales.

RETROUVEZ L’INTEGRALITE DE CET ARTICLE DANS VOTRE PARUTION DU JEUDI 02 MAI

Daba Balla KEITA

NOUVEL HORIZON

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct