Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

VIE DE LA NATION : ET SI MAHMOUD DICKO DEFINISSAIT UNE MISSION DE SA PREDILECTION

Bien malin le citoyen “lambda malien” qui saura cerner avec exactitude les ambitions que nourrit réellement l’Imam Mahmoud Dicko à travers ses nombreuses prises de positions, notamment contre le pouvoir d’Etat en des périodes différentes. Signalons que durant la décennie 2009-2019, l’imam Mahmoud Dicko a conduit aux destinées du Haut Conseil Islamique du Mali (HCIM) qui est censé être l’interface entre la communauté musulmane du Mali et les pouvoirs publics. C’est à juste raison donc que, dans l’exercice de ses charges de président de la faitière des musulmans du Mali, que l’Imam Dicko s’est souvent illustré par des prises de positions qui lui ont finalement valu d’être taxé (à tort ou à raison ?) de trop vouloir s’immiscer dans l’arène politique.

 

Et pourtant, à bien disserter, on se rendrait aisément compte que les actions que pose l’Imam Dicko vont plus dans le sens de la moralisation de la société malienne et cela est, bien sûr, de ses attributions en tant que dignitaire religieux musulman. On se souvient que le 10 février 2019, au cours d’un meeting géant que le Haut Conseil Islamique du Mali (HCIM) a organisé au stade du 26 mars, l’Imam Dicko ne s’est nullement embarrassé pour dénoncer les nombreuses tares qui gangrènent la gouvernance du pays, tant au plan sécuritaire qu’à celui de la morale sociétale. Quoi qu’il en soit, il est de notoriété publique et cela est indéniable, que de tous les leaders religieux maliens, toutes religions confondues, Mahmoud Dicko est celui qui ose dire la vérité crue aux gouvernants du pays, quitte à en assumer des conséquences au cas où il y en aurait.

Le principal leitmotiv, qui sous-tend les actions que ne se lasse pas de mener l’Imam Dicko, c’est la lutte contre la mauvaise gouvernance

La mauvaise gouvernance, cette tare de la société par laquelle se sont illustrés tous les régimes qui se sont succédé au Mali, ces dernières décennies-ci. On serait donc porté à dire, l’Imam Mahmoud Dicko ne combat pas les régimes en place, mais se dresse plutôt contre la mauvaise gouvernance. Cette précision est d’autant importante quand on entend, çà et là, que « Mahmoud à fait chuter IBK et aujourd’hui il n’est pas non plus d’accord avec les militaires ». En vérité ce serait injuste d’en vouloir à l’Imam Dicko pour le ressentiment qu’il éprouve à l’égard des autorités de la transition. Cette espèce de vague à l’âme du guide religieux est d’autant normale quand on constate que la mauvaise gouvernance, qui a été le tendon d’Achille du régime IBK, se pratique aussi sous la transition. Même si les méthodes sont quelque peu différentes. L’imam Dicko rêve d’un Mali exemplaire et serait prêt à pleinement jouer sa partition pour la réalisation d’un tel rêve.

On se souvient que pour montrer sa grande disponibilité à jouer sa partition dans l’œuvre de la reconstruction nationale, Mahmoud Dicko avait prôné la réconciliation tous azimuts dans son manifeste pour la refondation au Mali et à cet effet, il s’était engagé à beaucoup de choses et en même temps

Il est vrai que le sentier de la refondation est très vaste avec des actions toutes autant prioritaires les unes que les autres, mais il n’en demeure pas moins vrai aussi qu’il siérait que l’imam Mahmoud Dicko, lui-même, définisse un domaine de sa prédilection afin que le Chef de l’Etat le mette officiellement en mission. On se souvient que sous la ‘’Primature’’ d’Abdoulaye Idrissa Maïga, l’Imam Dicko avait officiellement été chargé de mener des missions de bons offices avec les groupes armés touaregs. Et les choses étaient en très bonne voie avant que le PM Soumeylou Boubèye Maïga ne vienne mettre fin à ces missions de bons offices. Avec le contexte sociopolitique dans lequel se trouve le Mali aujourd’hui, l’Imam Mahmoud Dicko pourrait être d’un très grand apport en ce qui concerne la résolution de tant de difficultés. Il suffirait au préalable de le mettre officiellement en mission et il s’y accommodera volontiers. Et d’ailleurs n’est-ce-pas là une des principales vocations de son Manifeste pour la Refondation au Mali ?

El Hadj Mamadou GABA

Source : Le Soir De Bamako

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct