Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Situation au Mali : la France se range derrière la CEDEAO

La France revoit sa position sur la situation au Mali. Contrairement à son Président, Emmanuel Macron, qui avait menacé de retirer ses troupes du pays, son ministre des Affaires étrangères, Jean Yves Le Drian, a déclaré que la France conditionnait le maintien de son engagement au respect des recommandations de la CEDEAO.

Dans sa déclaration Jean Yves Le Drian affirme que la France partage la priorité absolue accordée par la CEDEAO à l’organisation d’élection présidentielle au 27 février 2022.

Aussi, la France appuie la mise en place par la CEDEAO d’un mécanisme de suivi du respect de la période de transition.

La France revient ainsi sur sa position qu’elle avait affirmé la veille. Dans une interview accordée à un journal français, le Président français menaçait de retirer ses troupes engagées au Mali.

« La France ne resterait pas aux côtés d’un pays où il n’y a plus de légitimité démocratique ni de transition. », avait déclaré Emmanuel Macron. Cette menace du Président français a fait réagir au Mali.

Réactions au Mali

Au Nord au Centre et à Bamako, les avis divergent. Certains ne voient pas d’inconvénients à un éventuel retrait des troupes françaises.

« Si Emmanuel Macron veut, il peut retirer son armée dès aujourd’hui même. Que la France soit là ou pas, je ne vois pas son utilité. S’il y a un autre pays qui peut faire mieux que la France, il n’y a pas de problème », disent-ils.

D’autres par contre, préfèrent que la France continue à lutter contre le terrorisme au Mali et dans le Sahel. « Moi, je préfère que le Mali continue toujours avec la France ».

Selon des observateurs, un éventuel retrait de la France aurait d’énormes conséquences sur le Mali et la population malienne.

Au regard des différentes crises que traverse le pays, cette option n’est vraiment pas souhaitable estiment-ils. « Le pays traverse une difficulté énorme sur le plan sécuritaire. Nos militaires n’ont pas les moyens nécessaires encore moins l’État pour faire face aux djihadistes », prévient le politologue Ballan Diakité. « Je pense que le souhait de tout Malien est que les Français restent au Mali le temps que le pays puisse se redresser ».

Deux poids deux mesures de la France ?

Certains disent ne pas comprendre l’attitude de la France qui a fermé les yeux sur la prise du pouvoir anticonstitutionnelle de l’armée tchadienne après la mort d’Idriss Déby.

Pour l’universitaire Ballan Diakité, le cas malien n’est pas comparable à celui du Tchad. « La France est dans son plein droit de hausser le ton au Mali, puisqu’elle y laisse des vies. Ce qui n’est pas tout à fait le cas au Tchad. Au Tchad, jusqu’à présent l’État existe. Les 2/3 du territoire tchadien ne sont pas annexés. Et l’État tchadien n’est pas assisté par la communauté internationale alors que nous, nous sommes sous assistance de la communauté internationale », argumente-t-il.

Source: Studio Tamani

2 thoughts on “Situation au Mali : la France se range derrière la CEDEAO”

  1. Joseph Ben Gourillon says:

    Ballan Diakité n’est pas un observateur digne de ce nom .C’est un pro occupation qui travaille à la solde de la France. Il lié les mains du Mali dans le dos pour le livrer à la France comme Judas Escariot l’a fait .

  2. Joseph Ben Gourillon says:

    Le Mali peut bel et bien se passer de l’ aide militaire française en tant que libre de choisir ses partenaires . Pourquoi donner le droit à la France de hausser le ton au Mali ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct