Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Santé maternelle: les médias s’impliquent dans la sensibilisation

Le Réseau des Médias Africains pour la Promotion de la Santé et de l’Environnement-Mali (REMAPSEN-Mali), avec l’appui de l’ONG Internationale Ipas, a tenu le lundi 29 mars à l’Hôtel Mandé un forum national sur la prévention de la mortalité liée aux hémorragies du 1er trimestre.

La cérémonie d’ouverture était placée sous la présidence du ministre de la Santé et du développement social, Dr Fanta SIBY. Elle a été marquée par les interventions du président de la Maison de la presse, Bandiougou DANTE ; du coordinateur du REMAPSEN-Mali, Tiessira Emmanuel DEMBELE et la représentante de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), Dr Fatoumata TESSOUGUE.
Souhaitant la bienvenue, le coordinateur national du REMAPSEN-Mali, Tiessira Emmanuel Dembélé, après avoir mis l’accent sur l’importance de la formation continue pour un journaliste, a rappelé quelques missions du REMAPSEN. Ce réseau sous régional, définit-il, veut mener la lutte pour la réduction de l’ignorance, à travers des programmes de promotion des services de santé et de l’environnement en s’appuyant sur l’engagement de ses membres. La finalité, selon lui, est que chaque reporter santé et chaque organe de presse s’intéresse aux aspects santé et environnement et leur accorde une place importante.
« Œuvrons chers collègues pour que les questions santé et environnement soient mieux comprises pour une meilleures santé de nos compatriotes, donnons les bonnes informations », a-t-il exhorté.
De son côté, la représentante de l’OMS a rappelé des chiffres funestes de la mortalité maternelle. En effet, selon l’OMS, environ 830 femmes meurent chaque jour dans le monde du fait des complications liées à la grossesse ou à l’accouchement. La plupart de ces décès surviennent dans les pays en développement et pourraient être évités, a-t-elle affirmé. Elle a précisé que l’une des causes de ces décès est liée à des complications obstétricales pendant la grossesse, le travail ou la période post-partum.
« Au Mali, la mortalité maternelle est un problème très sérieux de santé publique. Plusieurs études réalisées ont montré que les Hémorragies surtout du post-partum sont les premières causes de décès des femmes », a déclaré Dr TESSOUGUE.
Face à cette situation, il estime important d’accompagner l’initiative de REMAPSEN-Mali qui concourt au mieux-être des populations du Mali et cadre parfaitement avec la vision de l’Organisation mondiale de la Santé, qui « d’amener tous les peuples à un niveau de santé le plus élevé possible ».
Pour sa part, la ministre de la Santé a adressé ses sincères remerciements à l’Ipas grâce à qui ce forum a été rendu possible. Elle a noté que ce forum s’inscrit en droite ligne ade la vision de son Département qui accorde une importance particulière à la santé de la mère et de l’enfant.
A l’instar de ses prédécesseurs, madame la ministre est aussi d’avis que la mortalité maternelle constitue un problème sérieux de santé malgré les efforts consentis par les autorités nationales.
Ont pris part à ce forum, une trentaine de participants issue de la société civile et des hommes de media. Avec les experts, ils ont abordé les thématiques suivantes : les causes de la mortalité et les stratégies de lutte ; les avortements à risques : quelle place pour les hommes de medias dans la réduction des risques ? ; l’hémorragie Post-Partum (HPP) et les stratégies pour réduire la mortalité maternelle par les hémorragies post-partum immédiat.

Par Sikou BAH

Source : INFO-MATIN

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct