Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Communiqué final du Sommet de la CEDEAO sur la situation au Mali, en Guinée et au Burkina Faso, Accra 4 juin 2022

La Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a convoqué une session extraordinaire à Accra, République du Ghana, le 4 juin 2022, sous la présidence de S.E. Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, président de la République du Ghana et président du l’Autorité de la CEDEAO.

Le Sommet extraordinaire a été convoqué pour examiner le récent développements politique au Mali, en Guinée et au Burkina Faso, depuis le dernier Sommet tenu le 25 mars 2022 à Accra.

Étaient présents au Sommet les chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO ou leurs représentants dûment mandatés :

  • S.E Patrice TALON, Président de la République du Bénin.
  • S.E Alassane OUATTARA, président de la République de Côte d’Ivoire.
  • S.E Adama BARROW, Président de la République de Gambie.
  • S.E Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO, Président de la République de Ghana.
  • S.E Umaro Sissoco EMBALO, Président de la République de Guinée Bissau.
  • S.E George WEAH, Président de la République du Libéria.
  • S.E Mohamed BAZOUM, Président de la République du Niger.
  • S.E Muhammadu BUHARI, Président de la République Fédérale du Nigeria.
  • S.E Macky SALL, Président de la République du Sénégal.
  • S.E Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République Togolaise.
  • S.E Belarmino Monteiro SILVA, ambassadeur de Cabo Verde auprès du gouvernement fédéral République du Nigéria.
  • S.E Frances Virginia ANDERSON, Haut-Commissaire de la République de Sierra Leone au Ghana.

Ont également participé au Sommet :

  • S.E. Dr Goodluck Ebele JONATHAN, Médiateur de la CEDEAO pour le Mali, ancien Président de la République fédérale du Nigéria.
  • S.E. Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine.
  • M. Jean-Claude Kassi BROU, Président de la Commission de la CEDEAO.
  • M. Abdoulaye DIOP, Président de la Commission de l’UEMOA.
  • M. Mahamat Saleh ANNADIF, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS).
  • M. El Ghassim WANE, Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies au Mali et chef de la MINUSMA.

Les chefs d’Etat et de gouvernement ont examiné le rapport présenté par S.E Dr Goodluck Ebele JONATHAN sur la situation au Mali et les rapports de la mission d’évaluation de la CEDEAO au Burkina Faso et sur la situation en Guinée présenté par l’hon. Albert KAN-DAPAAH, Ministre de la Sécurité Nationale de la République du Ghana, représentant S.E. Shirley Ayorkor Botchwey, ministre de Affaires étrangères et Intégration régionale de la République du Ghana, Président du Conseil des ministres de la CEDEAO.

L’Autorité a également examiné le mémorandum présenté par le président de la Commission sur le déploiement de la mission d’appui à la stabilisation en Guinée Bissau et sur la situation financière des missions.

L’Autorité salue la qualité des documents présentés et prend note des recommandations qui y sont contenues.

Sur le Burkina Faso

Sur le plan sécuritaire, l’Autorité prend note des efforts déployés par le Burkina Faso, malgré ses nombreux défis, dans la récupération de certaines localités, conduisant ainsi au retour de certaines personnes déplacées internes (PDI) et la réouverture de certaines écoles.

A cet égard, l’Autorité encourage les Autorités de transition à maintenir la dynamique visant à renforcer davantage la sécurité dans le pays.

Sur le plan humanitaire, la Conférence exprime sa vive préoccupation sur la situation humanitaire dégradée par rapport à la situation constatée par la précédente mission de la CEDEAO dans le pays en avril 2022. Elle appelle la Communauté à renforcer son soutien humanitaire au Burkina Faso.

La Conférence se félicite de la décision d’autoriser l’ancien Président Kaboré à rentrer chez lui et insiste pour qu’on lui laisse toute la liberté.

L’Autorité réitère sa préoccupation quant à la durée de la transition délai fixé à 36 mois par les Autorités burkinabés comme indiqué dans son Communiqué rendu le 25 mars 2022. En conséquence, et conformément à la décision prise lors du Sommet Extraordinaire du 3 février 2022, l’Autorité :

a-Réitère sa ferme condamnation du coup d’Etat du 24 janvier 2022.

b-Décide de maintenir la suspension du Burkina Faso de toute la CEDEAO institutions jusqu’au rétablissement de l’ordre constitutionnel.

c-Exige la finalisation d’un calendrier de transition acceptable

d-Prend acte de la correspondance du 31 mai 2022, des autorités de la Transition déclarant leur volonté et leur engagement à poursuivre le dialogue avec la CEDEAO pour assurer un retour à l’ordre constitutionnel dans les meilleurs délais.

e-Décide, conformément à cet engagement, de poursuivre les discussions avec les autorités sur la transition en vue de parvenir à un accord.

La Conférence a décidé d’examiner la situation au Burkina Faso lors de son prochaine Sommet ordinaire du 3 juillet 2022.

En outre, l’Autorité décide de nommer S. Exc. Mahamadou ISSOUFOU, ancien Président de la République du Niger, en qualité de Médiateur de la CEDEAO pour Burkina Faso, pour faciliter le dialogue entre toutes les parties prenantes.

Sur la Guinée

L’Autorité exprime sa vive préoccupation face à la détérioration de la situation politique notamment en raison de l’absence d’un cadre de dialogue approprié entre le gouvernement et les acteurs politiques et les acteurs de la société civile.

L’Autorité s’inquiète également de la durée de la transition de 36 mois, période annoncée par les autorités de transition.

En conséquence, l’Autorité :

  1. Exige la finalisation d’un calendrier de transition acceptable.
  2. Exhorte le gouvernement à mettre en place un cadre de dialogue approprié avec les acteurs politiques et de la société civile afin de faciliter les tensions politiques et assurer une transition pacifique.
  3. Recommande la poursuite des discussions sur ces deux points.
  4. Confirme la désignation de S.E. Mohamed Ibn CHAMBAS comme Médiateur de la CEDEAO en Guinée.

La Conférence a décidé d’examiner la situation en Guinée lors de sa prochaine Sommet ordinaire du 3 juillet 2022.

 

Sur Mali

La Conférence salue les efforts déployés par le Médiateur de la CEDEAO en vue d’atteindre un calendrier acceptable pour assurer un retour rapide à l’ordre constitutionnel, conformément aux protocoles et décisions de la CEDEAO et de l’Union africaine.

La Conférence décide de demander au Médiateur au Mali de poursuivre ses efforts et de finaliser les discussions avec les autorités de transition.

En conséquence, l’Autorité décide de :

a-Maintenir les sanctions prononcées le 9 janvier 2022.

b-Poursuivre le dialogue en vue de parvenir à un accord pour assurer une levée progressive des sanctions.

c-Appelez les partenaires à accroître leur soutien humanitaire au Mali.

La Conférence a décidé d’examiner la situation au Mali lors de sa prochaine Assemblée

Sommet le 3 juillet 2022.

Sur la Mission d’Appui à la Stabilisation en Guinée Bissau (MASGB) et sur la Situation Financière des Missions de Stabilisation :

L’Autorité prend acte du rapport de la Commission sur le déploiement de la Mission en Guinée-Bissau, en vue d’assurer la stabilité du pays.

Il exprime sa gratitude aux pays contributeurs de troupes (TCC) pour leur soutien et prend note de la situation financière des missions de stabilisation.

Les chefs d’État et de gouvernement expriment leur profonde gratitude à S.E. M. Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, président de la République du Ghana et présidente de la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO, pour son leadership pour assurer le succès du Sommet.

Fait à Accra, le 4 juin 2022.

L’AUTORITÉ

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct