Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Révision constitutionnelle: le RPM appelle le régime à engager le processus

Le Parti Rassemblement pour le Mali (RPM) a organisé, les 8 et 9 décembre, un atelier de réflexion sur la Constitution du 25 Février 1992 et la Loi 2018-014 modifiant la loi 2016-048 portant Loi électorale. Les travaux se sont déroulés au Conseil national du patronat du Mali, sous la présidence du Président du Parti, le Dr Bokary TRETA. C’était en présence de certains membres du Bureau politique national, du groupe parlementaire RPM, des conseillers nationaux, des experts externes

Le programme présidentiel défendu par le Président IBK fait des réformes politiques et institutionnelles des leviers de la modernisation de l’administration et de la vie publique. Raison pour laquelle le RPM a initié cet atelier pour approfondir les connaissances de ses cadres sur les réformes majeures que le gouvernement s’apprête à organiser.

Pour le Président du RPM, Dr Bokory TRETA, le vote de la Loi de prorogation de la Vème législature, par 137 voix pour, 0 contre et 5 abstention, par l’Assemblée nationale, en sa séance plénière du 22 novembre 2018, est un acte déclencheur du processus des réformes politiques et institutionnelles.

« Le Parti a décidé d’accorder son soutien au Gouvernement dans la mise en œuvre de ces réformes et d’organiser un atelier d’échanges et de préparation des responsables, afin de les outiller à l’approfondissement de leurs connaissances pour le succès des réformes annoncées par une sensibilisation et mobilisation de tous les militants », a affirmé le Dr TRETA.

Pour ce faire, il a appelé les militants à une mobilisation soudée et énergique autour du Président de la République pour les six mois à venir. Le RPM, soutient-il, doit porter politiquement cette bataille et la gagner. Le Président du Parti du Tisserand a appelé à la cohésion interne, à un rassemblement de la Majorité (EMP) et un large rassemblement des populations maliennes autour de cet objectif d’importance capitale pour la sécurité, la paix, la stabilité des institutions et la réconciliation nationale.

Il a justifié que la réforme constitutionnelle permettra la mise en œuvre accélérée de l’Accord pour la paix et renforcera la capacité du Gouvernement et de sa majorité politique de sérier et prioriser les défis pour qu’à l’évaluation du Pacte de la résolution 2423 des Nations Unies, le Président IBK puisse, la tête haute, rendre compte des bonds décisifs.

Durant les trois jours de l’atelier, les participants ont planché sur trois communications: la Constitution du 25 février à l’épreuve de la pratique institutionnelle du pays et au prisme de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale; la loi électorale : innovations à apporter comme conséquence de la mise en cohérence de la Constitution et de l’Accord pour la paix; l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale.

Ces communications, suivies de débats en plénière, ont permis de mieux éclairer les participants sur les objectifs de l’atelier et recueillir des suggestions pour aider à l’approfondissement des sujets traités.

Aussi, des groupes de travail se sont penchés sur la Constitution du 25 Février 1992 et sur la loi 2018-014 modifiant la loi 2016-048 portant loi électorale.

À l’issue des travaux, les participants ont demandé au Gouvernement d’engager le processus de révision constitutionnelle, avant le 30 juin 2019, et ont souhaité que les propositions du présent atelier soient considérées comme une contribution importante du RPM à ce processus. De même, ont-ils invité les patriotes et démocrates maliens à s’associer au processus de relecture de la Constitution du 25 Février 1992 et en garantir le succès.

Lors de la cérémonie de clôture présidée par la vice-présidente, SANGARE Oumou BA, celle-ci a indiqué que les échanges ont permis de mieux comprendre l’Accord pour la paix et la réconciliation et les questions pertinentes soulevées par rapport à la prise en compte de certaines de ses dispositions dans les textes comme la Constitution et la Loi électorale. Elle a rassuré que les observations et recommandations seront transmises aux plus hautes autorités du parti, afin de les étudier davantage et les multiplier.

La vice-présidente a donné l’assurance que le secrétariat politique du Parti organisera des formations pour donner plus d’information sur l’Accord pour la paix qui n’a pas encore fait l’objet d’appropriation par les Maliens.

PAR MODIBO KONE

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct