Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Rapatriement des migrants maliens d’Algérie: témoignages sur les traitements inhumains !

Les mauvais traitements que subissent les migrants maliens en Algérie continuent toujours. Encore, hier mercredi 6 février 2019, un énième contingent de migrants maliens est arrivé de l’Algérie dans des conditions très dégradantes. Cela, en violation flagrante des conventions internationales en matière de migration et des relations de coopération et d’amitié qui lient le Mali et l’Algérie.

Logés à la Maison des Maliens de l’extérieur, pour remplir certaines formalités administratives avant de regagner leurs localités respectives, ces migrants rapatriés de force ont fustigé la manière inhumaine et énergétique dont ils ont été arrêtés et embarqués jusqu’au Mali.

Les arrestations arbitraires et expulsions de nos compatriotes de l’extérieur s’enchaînent. Le voisin algérien fait partie des pays où les Maliens sont régulièrement refoulés.

Pour la seule année 2019, qui vient de débuter, plus de 600 migrants maliens ont été déjà rapatriés de ce pays.

Mieux, ils sont plus de 150 personnes qui sont arrivés hier mercredi à Bamako, et logés à la Maison des Maliens de l’extérieur. Les témoignages que nous avons recueillis auprès d’eux sont à la fois alarmants, révoltants et interpellateurs.

Arrivés dans des conditions misérables, ces jeunes, après des mois pour certains, voire des années pour d’autres passés en dehors du pays, sont sans bagages, sans argents et pièces administratives.

Ils dénoncent tous la manière dont ils ont été arrêtés, enfermés avant d’être secouru par l’Etat du Mali à travers le ministère des Maliens de l’extérieur et son partenaire OIM (Organisation internationale pour les migrations).

Outre les dénonciations à l’endroit des autorités algériennes, ces migrants de retour forcé interpellent les autorités de notre pays à s’impliquer auprès de ce pays pour l’amélioration des conditions de nos compatriotes qui y vivent.

Aussi, ont-ils fustigé le fait que des ressortissants d’autres pays possèdent des documents maliens en bonne et due forme.

Par ailleurs, ils sont nombreux a plaidé pour la création des opportunités d’emplois pour les jeunes en vue de les retenir sur place au bercail.

Les témoignages de certains rapatriés arrivés hier mercredi sont édifiants sur les traitements inhumains dont ils ont été victimes en Algérie.

Ousmane SACKO : « En prison, on mangeait une fois par jour »

‘’ J’ai fait 2 mois en Algérie. Le 26 décembre, quand je partais au travail j’ai été arrêté par les forces de l’ordre algériennes. J’avais mes pièces administratives sur moi, malgré tout ils m’ont amené dans un centre de détention. J’ai été dépossédé de mon téléphone, mes pièces et la somme de 300 000 dinars que j’avais sur moi. En détention, ils nous donnaient à manger une seule fois par jour. J’interpelle les autorités maliennes à s’impliquer pour que les traitements inhumains sur les Maliens en Algérie cessent. Aussi, il faut que les autorités créent beaucoup d’emplois pour que les jeunes cessent d’être maltraités et humiliés à l’extérieur. J’ai été en Algérie pour faute d’emploi au Mali. Je suis diplômé et j’ai comme métier la soudure’’.

Ibrahim SIDIBE : « Des malades et blessés en prison »

‘’ J’ai fait un an en Algérie et je travaillais comme ouvrier. J’ai été arrêté quand je quittais la boutique. J’ai été amené au centre de détention sans mes bagages. Ils ont torturé beaucoup de gens, mais en vérité je n’ai pas subi cela. Parmi les gens arrêtés, beaucoup sont malades et beaucoup sont blessés. D’autres attendent toujours d’être rapatriés et vivent le calvaire là-bas’’.

Salia MAIGA : « Les lieux où nous étions détenus sont trop dégelasses »

‘’ J’ai fait un an en Algérie. Le 18 janvier à 4h du matin, les forces de l’ordre sont venues frappés à notre porte pour nous conduire au Centre de détention. Nous étions 5 Maliens. Nous avons été rackettés de tous nos argents et nos téléphones. Parmi nous, certains ont perdus 1 400 euros, et même plus. Ils nous ont donné des reçus sur lesquels sont mentionnés les objets qu’ils nous ont retirés. Malheureusement, ils ne nous ont pas été restitués. Les lieux où nous étions détenus sont trop dégelasses’’

Bakary DEMBELE : « Les détenteurs de faux documents maliens nous dérangent »

‘’J’ai été interpellé sur mon lieu de travail. J’avais un passeport, malgré tout ils m’ont amené. Tous nos objets de valeurs ont été confisqués. En détention, ils ne cessent de nous poser la question pourquoi nous ne pouvons pas rester chez nous. Beaucoup d’étrangers ont les documents maliens, c’est ce qui nous pose trop de problème. A cause des mauvais comportements de ceux-ci l’image du Mali est ternie en Algérie. Nous interpellons les autorités pour que cela cesse’’.

PAR MODIBO KONE

Info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct