Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Editorial: aux pêcheurs en eau trouble et à ceux qui jouent double-jeu

Depuis quelques jours, il nous revient que des pécheurs en eau trouble arpentent les cabinets ministériels, bureaux directoriaux et salons de leaders de la Majorité présidentielle pour des contacts singuliers. Ces pécheurs tout autant singuliers que Info-Matin ne connaît ni d’Adam ni d’Ève entreprendraient leurs hôtes crédules, les travailleraient au corps pour leur faire avaler que Info-Matin aurait « des dossiers sur eux », s’apprêterait à les éclabousser, les traîner dans la boue. Mais, eux seraient les seuls en mesure d’approcher et d’entreprendre le Quotidien des Sans Voix pour « bloquer» cette campagne de presse virale contre leur personne et contre le régime. Parce qu’ils seraient bien introduits, bien écoutés et/ou en « rapport » avec Info-Matin.

Le stratagème est classique. À leur victime, c’est toujours la même chanson : « comme vous savez, Info-Matin a entrepris de s’attaquer et de démolir le régime IBK et tous ses responsables. Et vous êtes sur leur liste. Ils ont un dossier contre vous…»

Il nous est aussi revenu que dans cette vaste escroquerie, certains responsables se seraient, hélas, fait plumer par ces vrais faux missi dominici qui se sont fait plein les poches.

Info-Matin tient à rappeler qu’il n’a mis personne en mission pour approcher quel que responsable que ce soit pour passer quelle qu’entente que ce soit.

Pour tous ceux qui le connaissent un tant soit peu, le Quotidien des sans voix n’a pas pour coutume de marchander les « dossiers » et les informations. Nos lecteurs et les Maliens savent que nous ne sommes pas du lot des maîtres chanteurs, des arnaqueurs et des racketteurs.

Dommage que de si hauts responsables qui manquent de vigilance et cèdent à de petits maîtres chanteurs sans foi ni loi. Notre combat n’a jamais été personnel et bassement pécuniaire. A Info-Matin, nous assumons nos choix éditoriaux et rédactionnels. Mais, à aucun moment, hier comme aujourd’hui, nous nous sommes donné comme mission d’abattre un régime et de traîner dans la boue ses principaux responsables, pour des questions bassement mercantiles. Telle n’est pas la mission, tel n’est pas le rôle du journaliste.

Info-Matin a été, est et restera (Inch’Allah !) critique vis-à-vis de ceux qui ont en charge la gestion de la Res publica avec notre style, notre idéal et nos illusions, mais jamais avec méchanceté. Dans son éditorial du numéro 00 du 5 janvier 1998, il rassurait : « Info-Matin se gardera d’être un instrument de délation et de malveillance, un missile seulement pointé sur Koulouba. Nous aurons l’œil sur tout le monde, sur tout, partout et à tout moment, en priorité sur ceux qui ont choisi d’être décideurs, à quelque niveau que ce soit. Notre champ d’investigation ira des loisirs jusqu’au fin fond de la raison d’État, en passant par les arcanes de la politique et toutes ces petites choses qu’on aimerait tenir secrètes… le tout bien sûr à notre façon. »

Hier ce n’était ni contre Alpha ni contre ATT. Aujourd’hui ça ne peut donc être contre IBK. Notre choix, dès la naissance du journal, était donc fait : dénoncer haut et fort ce qu’on veut taire, balancer des pamphlets dans le tintamarre des louanges, interpeller et critiquer même si cela ne plaît pas, même si cela dérange et provoque le courroux des puissants du jour.

Sans aucune complaisance et sans aucune compromission, Info-Matin jouera sa partition dans la défense et la sauvegarde de la démocratie et de la liberté, traquera en dénonçant scandales, magouilles, impairs et faillites des grands et des plus anonymes, tant que l’intérêt du Mali sera en cause.

Nous sommes désolés pour ceux qui se sont ainsi laissés plumer par des escrocs que nous traquerons pour les démasquer, pour les traduire en justice où qu’ils se trouvent et qui qu’ils soient, comme tous les vrais faux journalistes de Info-Matin qui ont encore repris du service depuis peu.

Que tous ceux qui ont la conscience tranquille se rassurent. Que nul ne se laisse duper et racketter au nom de Info-Matin. Parce que les hommes et les femmes qui animent Info-Matin ont une morale, une éducation, un honneur.

Par contre, nulle compassion pour ceux qui se sont laissé abuser et escroquer. Comme nous le rappelions récemment dans ces mêmes colonnes : Info-Matin est désolé et au regret de ne pouvoir donner un certificat de tranquillité et d’absolution à ceux qui tremblent dans la perspective d’être éclaboussés par un scandale, pour ceux qui ont emmagasiné des collections entières de cadavres dans leurs placards ou traînent impunément les casseroles de la République et pour tous ceux qui jouent double-jeu, ne jouent que pour eux-mêmes, pactisent avec l’adversaire dans l’ombre et poignardent dans le dos le Président IBK « quand il le faut »… Nul ne sera couvert, nul ne sera protégé. Nous y reviendrons.

PAR BERTIN DAKOUO

Info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct