Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Mise en œuvre de l’Accord de paix au Mali : Concertation sur les questions de défense et de sécurité

Du 26 au 28 avril 2017, un atelier inclusif s’est tenu à l’hôtel de l’Amitié de Bamako sur les aspects de défense et de sécurité de la feuille de route pour la mise en œuvre du chronogramme d’actions prioritaires, endossée par la 33ème session du Comité de Suivi de l’Accord (CSA).

Organisée par le ministère de la Défense, à travers l’Etat-major Général des Armées, cette rencontre regroupe 62 participants dont 20 représentants des Forces Armées et de Sécurité du Mali (FAMa), 12 représentants travaillant dans le domaine de l’Intégration, du Désarmement-Démobilisation-Réinsertion (DDR) et de la Réforme du Secteur de la Sécurité RSS et enfin 30 représentants des groupes armés signataires de l’accord.

Cet atelier s’est déroulé en séance plénière et en groupes de travail autour des thématiques suivantes : la mise en place et l’opérationnalisation des bataillons du Mécanisme Opérationnel de Coordination (MOC) de Kidal et de Tombouctou avec des moyens logistiques et d’armement (y compris des armes lourdes). Il s’agit également de convenir sur une modalité permettant d’identifier et de redéployer les combattants anciennement membres des forces armées et de sécurité conformément à l’accord, procéder au recensement des combattants éligibles à l’intégration ou au programme Désarmement-Démobilisation-Réinsertion (DDR), définir les concepts de l’armée reconstituée et de la police territoriale, procéder au regroupement assisté des combattants recensés sur les sites de cantonnement retenus par la Commission Technique de Sécurité (CTS) en vue des opérations DDR (durée du cantonnement : 45 jours au maximum par combattant).

Il s’agissait aussi de procéder à l’intégration dans les forces armées et de sécurité, des services paramilitaires et fonctions publiques des éléments des mouvements signataires suivant les critères retenus et après harmonisation des visions sur le concept d’armée reconstituée, d’organiser les élections dans un climat apaisé avec l’implication des mouvements signataires de l’accord et faire participer les éléments en cours d’intégration à la sécurisation des opérations électorales selon les modalités à définir entre les parties.

Présent au deuxième jour des travaux, le Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, a salué l’amélioration du climat de confiance entre les mouvements signataires de l’accord et la partie gouvernementale. Il a aussi invité les participants à mettre en œuvre le volet défense et sécurité de la feuille de route de l’accord au cours de leurs travaux. « Je veux que cet atelier aboutisse à des propositions concrètes sur comment protéger les régions du nord et la création d’une unité spéciale inclusive de lutte contre le terrorisme sous le commandement de l’Etat-major Général des Armées. Tant que l’atelier n’a pas abouti à ces points, il va continuer. Je précise que sur ces différents points cités, il n’y a pas question de recommandations », a-t-il précisé.

l’issue de ces rencontres, un document final sera soumis au Conseil National pour la Réforme du Secteur de la Sécurité (CNRSS).

Ousmane Ballo

Le challenger

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct