Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Mali : La pluie sauve IBK, Bamako sous haute surveillance

Bamako, la capitale malienne a connu un retour au calme vendredi nuit après les échauffourées dans les artères entre manifestants demandant le départ du président Ibrahim Boubacar Keita et forces de l’ordre. Un dispositif sécuritaire dressé vendredi nuit autour du domicile du président malien et du palais présidentiel a dispersé les manifestants qui tentaient de s’y rendre.

Des arrestations ont été effectuées. On enregistre également des blessés présentés par les organisateurs comme des blessés par balles. Le gros des manifestants s’est dispersée à la faveur d’une pluie battante dans la nuit sur la capitale. Bamako qui connaît ce samedi matin des problèmes de connexion à internet, s’est réveillée avec la promesse des manifestants de ressortir de plus belle. Le ministre de la défense malien Ibrahima Dahirou Dembélé a dans un communiqué publié vendredi nuit démenti la rumeur annonçant qu’il s’adressera à la nation.

« Des rumeurs circulent sur les reseaux sociaux faisant état d’une réunion de généraux et d’une adresse éventuelle du Général Ibrahima Dahirou Dembélé à la Nation. Le ministre de la Défense et des Anciens combattants y apporte un démenti catégorique » a-t-il indiqué dans le communiqué selon lequel : « il s’agit d’un montage grotesque qui n’a d’autre but que la propagande. Les auteurs de l’intox visent à semer le doute dans les esprits dans leur dessein de déstabilisation des institutions de la République ».

« Le Ministre réaffirme que l’Armée demeure sous les ordres des institutions républicaines. Il invite par conséquent à la vigilance de tous » souligne le communiqué. Des milliers de personnes sont sorties dans les rues de Bamako ce vendredi pour demander le départ du président Ibrahim Boubacar Keïta et son régime à l’appel d’une coalition d’hommes politiques, religieux et associatifs dont l’ancien président du Haut conseil islamique, l’imam Mahmoud Dicko. Dans une déclaration rendue publique, cette coalition a appelé le Président IBK (élu en 2013 et réélu en 2018 pour 5 ans) « à rendre sa démission au plus tard à 18H00 (GMT) ce vendredi 5 juin ».

Un dispositif sécuritaire impressionnant a été dressé vendredi nuit autour du domicile du président malien Ibrahim Boubacar Keita (IBK) et du palais présidentiel. Ces deux sites sont entourés par des manifestants parmi les milliers sortis depuis vendredi midi pour réclamer la démission du chef d’État malien à l’appel d’une coalition d’hommes politiques, religieux et associatifs.

 

Source: afriksoir

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct