Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Mali : la persistance de l’insécurité a marqué 2017

APA Bamako (Mali)- L’année 2017 finissant a été surtout marquée au Mali par la persistance de l’insécurité, et a été à l’origine de la fermeture de centaines d’école dans le nord et centre du pays et du report des élections régionales.

Tout a commencé le 18 janvier 2017  avec l’attentat kamikaze à la voiture piégée qui a frappé un camp à Gao dans le nord du Mali ciblant les patrouilles mixtes de sécurisations des régions du nord.

Situé à quelques centaines de mètres de l’aéroport de Gao, le camp  regroupe 600 hommes. Militaires, combattants issus de l’ex-rébellion ou de groupes armés pro-gouvernementaux y cohabitent, et s’apprêtaient à mener des patrouilles conjointes, en vertu de l’accord de paix signé à Alger en 2015.

Ce jour-là, un véhicule bourré d’explosifs s’est introduit dans le camp pour s’exploser à l’heure même du rassemblement  des soldats.

Cette attaque constitue le cas le plus emblématique des attaques terroristes au Mali en 2017 et qui n’auront épargné ni les casques bleus de l’ONU, ni les soldats maliens, ni les civils.

Pour éradiquer la violence, l’insécurité et surtout le terrorisme au Mali, la force du G5 Sahel a été déployée  dans les  5 autres pays de la sous-région. (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad).

A terme, elle devra compter 5000 hommes. Sa mission est de sécuriser principalement les zones frontalières entre les pays sahéliens. Cette force dont le quartier général a été installé Sévaré dans le centre du Mali en septembre a fait une première opération militaire en octobre.

Cependant, la force conjointe n’a pas encore eu sa pleine capacité à cause du manque de financement nécessaire à son fonctionnement. Le budget de la force conjointe est estimé à 430 millions d’euros. Mais les contributions obtenues ou annoncées s’élèvent à ce jour à environs 260 millions d’euros.

Les 5 pays du G5 ont contribué  pour 50 millions d’euros (10 millions par pays), l’union européenne a débloqué 50 millions d’euros, la France a décaissé 8 millions d’euros, les Etats-Unis ont promis 60 millions de dollars et récemment l’Arabie Saoudite a annoncé un soutien à la force de 100 millions d’euros.

La conférence d’entente nationale est l’initiative civile majeure de l’année pour relever les nombreux sécuritaires.

Tenue fin mars 2017, elle a eu comme principale recommandation le dialogue avec les djiahadistes maliens.

Il s’agit en l’occurrence de Iyag Ag Ghaly et de Aamdou Kouffa dont les mouvements armés revendiquent régulièrement des attaques dans le nord et le centre. Mais pour le moment le gouvernement n’a pas mis en œuvre cette recommandation et reste sur sa position : ‘’pas des dialogue avec des djihadistes.’’

AD/of/APA

Par apanews.net

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct