Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Mali : La FIFA lance un ultimatum aux autorités maliennes

sénégalaise Fatma Samba Diouf Samoura conseil Fifa

La réplique du ministre des sports : « La FIFA ne dictera pas sa loi à notre pays »

A peine le ministre des ports du Mali Housseini Amion Guindo a-t-il annoncé la dissolution de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT) que la FIFA a réagi et demandé le rétablissement de l’ordre ancien, sous peine de frapper. Mais le ministre Housseini Amion Guindo a lancé un véritable défi à l’instance internationale du football mondial.

La Fédération internationale de football (FIFA) ne badine pas avec l’ingérence du politique dans les affaires du football. Par le truchement de sa secrétaire Fatma Samba Diouf Samoura, la FIFA a réagi à la dissolution de la Femafoot, à travers un courrier adressé à Boubacar Baba Diarra, le président déchu: « Monsieur le président, nous avons été informés de la décision du Ministre des sports (N 0011/ 2017 datée du 8 mars 2017) dont nous avons reçu copie, qui dissout le comité exécutif de la Femafoot et qui installe un comité provisoire chargé de gérer les affaires de l’association jusqu’à l’élection d’un nouveau comité exécutif », a indiqué la secrétaire générale de la FIFA, la Sénégalaise Fatma Samba Diouf Samoura, dans son courrier adressé au président de la Femafoot, tombé en disgrâce auprès des autorités maliennes.

Par la suite, la secrétaire générale de la FIFA a été, on ne peut plus claire : « Dans ce contexte, nous soulignons que selon les articles 14 par.1 let. i et 19 des statuts de la FIFA, toutes nos associations membres doivent gérer leurs affaires de façon indépendante. A défaut, si elles ne sont pas en situation de le faire, elles sont passibles de sanction de la part de la FIFA, y inclus une possible suspension, même si l’ingérence n’est pas imputable à l’association membre concernée. La décision ministérielle du 8 mars 2017 va à l’encontre de ce principe et sa mise en œuvre constituerait une interférence dans les affaires internes de la Femafoot », a-t-elle précisé avant d’être plus incisive.

Dans un ultimatum qui ne dit pas son nom, Fatma Samoura, a demandé au ministre de retirer sa décision : « Dès lors, nous vous prions d’en informer le ministre et lui indiquer qu’au cas où la décision ne serait pas annulée à la date de vendredi 10 mars 2017, le cas sera soumis automatiquement au Bureau du Conseil de la FIFA pour considération ».

Le ministre des sports Housseini Amion Guindo n’en a cure. Du moins, selon le site malijet : «  Désormais, la FIFA ne dictera pas sa loi à notre pays. S’il faut 10 ans, le Mali est près à aller jusqu’au bout pour défendre sa souveraineté, les « bagas bagas » n’y changeront rien », rapporte le site malien.

 

Source: linfodrome

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct