Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

L’expert indépendant de l’ONU pour les droits de l’Homme, Alioune Tine à nouveau à Bamako: Les privations de liberté dont celles frappant Bah N’Daw et Moctar Ouane en ligne de mire

L’expert des droits de l’homme de l’ONU, Alioune Tine, a entamé, le 26 juillet, une mission d’une dizaine de jours dans notre pays. Au cours de son séjour,  il abordera toutes les questions liées aux droits de l’Homme au Mali, y compris l’assignation à résidence de l’ancien président de la Transition Ba N’Daw et de son Premier ministre Moctar Ouane. Une privation de liberté que l’expert indépendant de l’ONU a régulièrement dénoncée lors de ses sorties sur la situation au Mali.

 

Joint par nos soins au téléphone, hier, Alioune Tine  a indiqué qu’au terme de sa mission, il fera un point sur la situation des droits de l’Homme au Mali. L’expert indépendant nous a confirmé « suivre de près ce dossier « .

»  Des inquiétudes se manifestent de plus en plus sur les violations des droits humains au Mali. J’apprécie donc l’opportunité d’obtenir des informations de première main sur la situation « , a-t-il indiqué dans un  communiqué. Avant de préciser qu’il va  » discuter   avec les autorités maliennes sur les meilleures voies et les moyens d’améliorer la situation ensemble et avec le soutien d’acteurs nationaux et internationaux « .

Il a également dénoncé « une augmentation des enlèvements, principalement par des groupes armés communautaires et des milices dans le centre du pays  »  et  » une augmentation des violations commises par les acteurs étatiques, en particulier les forces de défense et de sécurité maliennes « .

Le Conseil de Sécurité de l’ONU, également très pointilleux sur cette question des droits de l’Homme,  avait  demandé, après le coup de force du 24 mai,   » la libération sûre, immédiate et inconditionnelle  » de toutes les personnes détenues par les militaires.

A noter que l’avocat engagé par l’ancien président de la Transition et  son Premier ministre, Me Mamadou Ismaëla Konaté,  qui dit être empêché d’entrer en contact  avec ses clients, a de nouveau enfoncé le clou en évoquant  » un Etat de dictature au Mali « . Et d’asseéner :  » Ne sommes-nous pas en dictature ici aussi ? Lorsque l’on assigne à résidence sans droit ni motif et sans base juridique …, lorsqu’on empêche un avocat d’accéder à ses clients au nom de la liberté d’exercice…, lorsque le droit est violé et les citoyens bafoués au vu et au su de tous « . Avant d’ajouter se référer désormais à l’Ordre des avocats du Mali (OAM). Au motif que  » des hommes armés l’empêchent d’accéder à Bah N’Daw et Moctar Ouane, illégalement gardés à leurs domiciles/résidence. Inadmissible et insupportable« .

Espérons que le séjour de l’expert de l’ONU et surtout ses entrevues avec les autorités de la Transition permettront de lever les restrictions qui pèsent sur les anciens dirigeants de la transition.

A.D

Source: l’Indépendant

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct