Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

G5: quand Soumi rate encore l’occasion de se taire !

Après s’être fait ridiculiser, la semaine dernière, sur les allégations d’agression du maire de Konsiga (Cercle Yélimané), par rapport aux contrevérités sur l’achat d’avions militaires, revoilà l’apprenti Opposant en chef, sacré Soumi des hallucinations, s’agripper à une autre question dont il maitrise peu les contours : la présence du Sénégal au sein du G5 Sahel. « Si je suis élu président du Mali, je ferais tout pour que le Sénégal puisse intégrer le G5 Sahel », promet-il.

Le G5 Sahel a été au cœur des discussions entre le Président sénégalais, Macky Sall, et Soumaïla Cissé, le chef de file de l’opposition malienne. Selon un site dakarois qui a publié l’information, Seneweb, Soumi Champion, très en verve en matière de critique contre le régime du Président IBK, a soutenu au cours de ces discussions : ‘’c’est «anormal»’’ que le Sénégal soit hors de ce cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale, en matière de développement et de sécurité, composé de la Mauritanie, du Mali, du Burkina Faso, du Niger et du Tchad.
« J’en ai discuté avec le Président Macky Sall. Je lui ai dit que le Sénégal devrait être dans le G5 Sahel, l’Algérie aussi. C’est clair », confie-t-il dans une interview accordée au journal ‘’Le Quotidien’’.
Et puis, il dit : « si on parle de Sahel, les gens ne le savent pas, mais le Sénégal y est plus que le Mali ». « Une fois Président, je ferais tout pour que le Sénégal puisse intégrer le G5 Sahel », promet Soumaïla Cissé.
Oui, l’Opposant en chef, « le Sénégal y est plus que le Mali ». C’est justement conscient de cet état de fait que le Sénégal, le pays du président Macky Sall, a été le premier Etat de la CEDEAO à ne pas respecter la décision d’embargo que vous-mêmes aviez demandé et obtenu contre votre propre peuple, dès les premières heures de sa crise en 2012. Le Sénégal et son président se sont jusque-là élevés à hauteur de responsabilité, non seulement au sein de la CEDEAO, mais également au sein de tous les cadres de discussions sur toutes les préoccupations d’ordre sous régionale et régionale. Le Sénégal n’ donc aucune leçon d’intégration à recevoir d’un opposant en proie à des délires spasmodiques.
En tout cas, s’il s’agit de la gestion de la crise malienne, le Sénégal a toujours été présent au bon moment, au bon endroit et avec des décisions fortement appréciables par les pairs du Continent. Une preuve en est sa présence remarquée et remarquable au sein du contingent de la MINUSMA où il est l’un des rares pays à disposer d’une force d’intervention rapide. Qui dit mieux ?
Pour ce qui est de sa présence au sein du G5 Sahel, nous ne pensons donc pas qu’il s’agisse d’une question de déficit de conscience de la part de ses dirigeants encore moins d’un manque de concertation de la part des initiateurs de cette organisation.
D’ailleurs, Soumi ne fait là que de la récupération politicienne, parce que l’idée d’intégrer le Sénégal au sein du G5 Sahel a été émise avant lui par IBK.
Les opposants au Président IBK seraient donc bien inspirés de faire des offres politiques plus crédibles que de s’installer dans une médiocrité affligeante, en marchant sur les platebandes de ceux qu’ils veulent coiffer au poteau.

Par Sidi DAO

info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct