Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

En toute franchise : Sauver le soldat SBM ?

Comme par une sorte de haine personnelle, l’imam Mahmoud Dicko et ses amis réclament, depuis plusieurs semaines, la tête du Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga (SBM). Sauf qu’ils ne sont pas arrivés, un seul instant, à dire clairement les griefs objectifs contre le chef de gouvernement. Celui-là même qui, malgré les épreuves et les défis de l’heure, a bien rempli sa mission. Surtout que les difficultés actuelles du pays subsistaient avant son arrivée à la Cité administrative.

 

Seulement, il semble que le cinquième Premier ministre se fait reprocher tout de même ses ambitions politiques. Par exemple le fait qu’il n’a rien fait pour empêcher les députés et élus transhumants du RPM de trouver leur point de chute dans son parti, l’ASMA-CFP. Comment comprendre qu’aujourd’hui le parti présidentiel soit quasiment la locomotive politique de la défiance à l’égard du Premier ministre ? Sans compter qu’au sein des alliés d’IBK, presqu’aucun parti ne lève aujourd’hui le petit doigt pour voler au secours de…SBM ! Une motion de censure est en chantier contre l’ancien patron des services de renseignement. Pourrait-il échapper à ce …complot politico-religieux ? Nul

Pourtant, Boubèye est le Premier ministre qui a été le plus sur le terrain, bravant l’inhospitalité de la nature, le soleil, les vents de poussières, la canicule de Bandiagara, Koro, Tenenkou, Tombouctou, Gourma Rharous, Taoudéni, etc. L’homme s’est aussi battu avec ses tripes pour la tenue de l’élection présidentielle de 2018, malgré les craintes et appréhensions…

Le chef du gouvernement a également donné une impulsion significative à la mise en œuvre de l’Accord avec la tenue, plus régulière, des réunions du Comité de suivi, à la satisfaction des partenaires internationaux. Le patron de la MINUSMA, selon des confidences, apprécie ses qualités de « rigueur et de travailleur à un rythme soutenu ».

Et le Secrétaire général de l’ONU, lors de la récente mission onusienne du Premier ministre, a salué « l’engagement du chef du gouvernement malien » pour accélérer les efforts afin de sortir le pays de la crise. Non sans avoir, dans le Rapport de l’ONU, rendu hommage au président de la République pour les consultations politiques. « …Depuis lors, le Président Keita a continué de rencontrer d’autres dirigeants de l’opposition, dont Tiébilé Dramé, proche allié de M. Cissé et président du Parti pour la renaissance nationale, le 6 mars, et Cheick Modibo Diarra, président du Rassemblement pour le développement du Mali, le 11 mars. Seuls des efforts concertés permettront de surmonter les graves difficultés que connait actuellement le Mali », a-t-il précisé. Antonio Guterres a invité le Gouvernement à redoubler d’efforts pour traduire en justice les auteurs d’actes de violence. Une manière diplomatique d’encourager le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga a poursuivre ses efforts.

En clair, l’heure n’est à aucune de déstabilisation ou d’invective. Heureusement que les dernières consultations (les chefs religieux, les familles fondatrices, les acteurs politiques) du président de la République ont permis aux uns et aux autres de comprendre cette réalité.

Bruno D SEGBEDJI

 Mali Horizon

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct