Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Elections générales de 2018 : L’URD exige du gouvernement un chronogramme clair et précis

Quelques jours après le report de l’élection des conseillers communaux, des conseillers de cercle, des conseillers de région et du District de Bamako prévue le 17 décembre 2017, les responsables de l’URD ont partagé avec la presse leurs sentiments sur cette décision du gouvernement. C’était le jeudi 30 novembre au siège du parti, au cours d’un point de presse animé conjointement par le vice-président, Prof Salikou Sanogo, Me Demba Traoré, responsable de communication de l’URD et Racine Thiam.

Contre toute attente, au cours de la réunion du 15 novembre 2017, les partis politiques de la majorité présidentielle qui avaient auparavant exigé l’organisation des élections avant la fin de l’année 2017, ont été les seuls à solliciter mordicus le report desdites élections, ont déploré les conférenciers. Finalement le 26 novembre 2017, le Gouvernement a décidé de reporté les scrutins au mois d’avril 2018 au motif qu’ils ne seront pas inclusifs, alors que le Premier ministre avait annoncé publiquement il y a quelques jours que toutes les conditions étaient réunies pour la tenue de ces élections, ont-ils regretté.

L’URD a pris acte de cette décision que tout le monde subodorait déjà au vu des semblants de concertations organisées par le ministre de l’Administration territoriale, de l’impréparation des scrutins, et aussi et surtout de la réticence  de certains groupes armés que le Gouvernement a échoué à convaincre ont souligné les conférenciers. Ils ont, par ailleurs, déclaré que l’URD mettra tout en œuvre, de concert avec tout citoyen épris de paix et de justice, toutes les organisations politiques et de la société civile soucieuses de l’avenir du Pays, tous les démocrates pour empêcher le Gouvernement de mener le pays vers le chaos. En effet, l’URD estime qu’aujourd’hui, de tout ce qui précède, le ministre de l’Administration territoriale, qui a brillé par son incompétence et son incapacité à exécuter correctement sa mission, doit démissionner.

En outre le parti de la poignée de mains exige du gouvernement, à ce stade du processus électoral, la tenue de l’ensemble des élections en 2018, suivant un chronogramme clair et précis. Les responsables de l’URD estiment que la tenue et la réussite des élections de 2018 doivent être une affaire de tous et un impératif auquel nul ne doit se dérober.

La Rédaction de 22 Septembre

22 Septembre

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct