Installez la meilleure application pour écouter toutes les radios du Mali

Disponible sur Google Play
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Conseil national des prix: le ramadan au cœur des échanges

Le Conseil national des prix tient sa deuxième session ordinaire de l’année, le lundi prochain, sous l’égide du ministre du Commerce, Abdel Karim KONATE dans la salle de conférence de son département.

Abdel Karim Konate ministre Commerce industrie

L’on apprend que le principal point à l’ordre du jour de cette réunion est l’échange sur l’état d’approvisionnement du pays en produits de première nécessité en prélude au mois de Ramadan. D’autres questions diverses pourraient faire l’objet de discussions entre les membres du Conseil national des prix.
Cet exercice est en fait une tradition bien établie depuis quelques années visant à faire le point des stocks disponibles en ce qui est du sucre, du riz, de l’huile, de la farine, et du lait et de prendre les mesures qui s’imposent pour contrer la flambée des prix. Ce, d’autant plus que chaque mois de carême donne lieu à une telle velléité.
Ceci expliquant cela, les autorités, en plus des mesures qu’elles prennent pour rendre les produits accessibles géographiquement (disponibles partout sur le territoire national) et financièrement (à la mesure des bourses) jouent sur le levier de la sensibilisation des commerçants qui sont appelés à ne pas transformer un moment d’intense piété en opportunité de spéculation, au grand dam de ceux qui décident d’observer un des cinq piliers de l’islam, à savoir le jeûne.
Conformément à l’article 2 du Décret 10 -199/PM-RM du 9 avril 2010, le Conseil national des prix est chargé de suivre l’évolution des prix des services et de proposer toutes mesures visant à la maîtrise des prix. C’est à ce titre qu’il fait périodiquement le point sur l’évolution des prix en rapport avec les services techniques compétents ; propose toutes mesures utiles tendant à la maîtrise des prix ou à limiter les effets de la hausse des prix sur le pouvoir d’achat ; propose au Gouvernement un rapport annuel sur l’évolution des prix, le coût de la vie et le pouvoir d’achat.
Sont membres du Conseil national des prix, les représentants du secteur public (7), du secteur privé (6), de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) (3), de la société civile (5) (cf. article 3 du Décret).
Le Conseil peut être saisi de toutes questions relatives aux prix, notamment celles se rapportant à la fixation des prix des produits de première nécessité.
Dès lors, l’importance de ce Conseil des prix n’est plus à démontrer. Aussi son dynamisme, au cours des dernières années, a permis aux fidèles musulmans de passer un carême dans la sérénité en ce qui est de l’accessibilité des produits de grande consommation à des coûts qui ne grèvent pas les bourses de la population dont le revenu, majoritairement, est faible.
Les initiatives telle celle de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (CCIM) qui a organisé, pour la première fois, l’an dernier, une foire du Ramadan dont le but était la stabilisation des prix, sont salutaires à tout égard. Pour cela, des facilités ont été accordées aux exposants, à travers une réduction des prix des stands.
Parmi les mesures prises, de commun accord entre les pouvoirs publics et les acteurs du secteur du commerce, à la veille du mois de Ramadan de l’an dernier, il y avait le contrôle quotidien des stocks de produits de première nécessité ; la mise en place de Comité de veille ; l’affichage des prix des produits de première nécessité. Des mesures volontaristes des autorités nationales, avec l’accompagnement de leurs partenaires, qui ont favorisé un mois de Ramadan sans grande turbulence en ce qui est des prix des services.
Le Conseil national des prix, comme le stipule l’article 7 du Décret portant sa création, se réunit en session ordinaire une fois par trimestre sur convocation de son président.
Pour rappel, la première session du Conseil national des prix a eu lieu le 26 janvier dernier, au ministère du Commerce.
La session qui s’annonce devra conseiller au département du Commerce les mesures à prendre dans le sens de la maîtrise des prix. Cela, en ayant particulièrement à l’esprit le mois de Ramadan qui approche.

Par Bertin DAKOUO

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct