Installez la meilleure application pour écouter toutes les radios du Mali

Disponible sur Google Play
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Commission de l’UEMOA: Fily Bouaré/Sissoko prête serment

Les Commissaires de l’UEMOA, nommés par la Conférence des Chefs d’États et de gouvernements de l’Union économique et monétaire ouest-africaine pour quatre ans, ont prêté serment avant-hier mardi 9 mai 2017 à Ouagadougou à la Cour de justice de l’union. L’ancienne ministre de l’Économie et des finances, Fily Bouaré/Sissoko, qui a été proposée par le Président IBK, fait partie des huit nouveaux commissaires qui ont été renvoyés dans l’exercice de leurs fonctions.

bouare fily sissoko ministre finance

C’est une tradition. Après leur nomination à la Commission de l’UEMOA, les nouveaux appelés prêtent serment devant la Cour de justice de ladite institution. Abdallah Boureima, nouveau président de la Commission, qui remplace à cette fonction le sénégalais Cheick Hadjibou Soumaré démissionnaire, ainsi que les 7 autres commissaires se sont prêtés à cet exercice devant la Cour de Justice de l’UEMOA à Ouagadougou, présidée par Joséphine Suzanne Ebah/Touré.
Après une lecture des currucula vitae des huit missionnaires, le 1er avocat général de la Cour, Yaya Bawa Adoulaye, a demandé à la présidente de recevoir le serment des impétrants.
Il a ensuite souhaité déroger à la rhétorique habituelle d’exhortation. Dès lors, à tour de rôle, Jonas Gbian du Bénin, Pr Filiga Michel Sawadogo du Burkina, Paul Koffi Koffi de la Côte d’Ivoire, Ibrahima Diémé de la Guinée-Bissau, Fily Bouaré/Sissoko du Mali, Abdallah Boureima du Niger, Mamadou Makhtar Diagne du Sénégal et Essowè Barcola du Togo, se sont présentés devant la présidente de la Cour et ses collaborateurs, la main droite levée vers le ciel pour prononcer le serment de commissaire : « Je jure, conformément au traité instituant l’UEMOA, de bien et fidèlement remplir mon mandat de Commissaire de l’UEMOA, en toute loyauté et impartialité, en observant les obligations d’indépendance et d’honnêteté de ma charge, de garder le secret des délibérations et des votes et de me conduire en tout, en digne et loyal Commissaire de l’UEMOA, dans l’intérêt général de l’union ».
La prestation de serment répond à la prescription 28 du Traité de l’Union qui fait injonction aux nouveaux commissaires de prêter avant d’entrer en fonction.
Joséphine Suzanne Ebah/Touré, présidente de la Cour de justice, a adressé les félicitations de la Cour au président de la commission de l’UEMOA et aux autres commissaires, après qu’ils aient sacrifié à cette tradition. Elle a tenu à souligner aux Commissaires qu’au-delà de l’importance capitale de leur fonction dans la gouvernance de l’union, celle-ci leur confère de grandes responsabilités. De par ses attributions, Joséphine Suzanne Ebah/Touré a rappelé que la commission se situe au cœur de la communauté. C’est ainsi que la présidente a relevé quelques-unes des missions qui sont, entre autres, qu’elle est la gardienne du traité qui veille aux engagements pris par les États membres, dans le cadre de la convergence des politiques économiques. Garante du traité, la Commission veille au respect de l’application des principes directs de la concurrence, en prononçant des sanctions, le cas échéant.
Elle a enfin insisté sur la nécessité d’ouvrer à l’atteinte des objectifs de l’Union. Une mission à laquelle Mme BOUARÉ Fily SISSOKO, représentante du Mali au sein de la Commission, entend bien se donner à fond.
En tout cas, son choix par la Conférence des Chefs d’États et de gouvernements de l’Union économique et monétaire ouest-africaine, sur proposition du Président de la république, Ibrahim Boubacar KEITA, n’est pas un fruit du hasard.
Titulaire d’un diplôme d’études approfondies (DEA) en droit du développement, une maîtrise en sciences économiques, un certificat en techniques douanières et un certificat en planification stratégique et en budgétisation des programmes publics, Mme Bouaré Fily Sissoko est une économiste chevronnée qui était en poste à la représentation de la Banque mondiale à Bamako avant de rejoindre le premier gouvernement du régime IBK.
Elle avait déjà acquis avant une expérience gouvernementale entre 2000 et 2002 en occupant le portefeuille des Domaines de l’Etat et des affaires foncières, avant de se voir adjoindre aussi celui de la Communication.
L’ex-titulaire de l’Hôtel des finances a été aussi consultante en audit et fiscalité, contrôleur générale d’Etat, contrôleur d’Etat, directrice générale adjointe des Douanes.
En fait, même si Mme Bouaré Fily Sissoko a déjà occupé le fauteuil ministériel, dans le passé, c’est son passage au ministère de l’Économie et des finances qui l’a surtout révélée au grand monde. De par sa grande expérience, son professionnalisme, son courage à toute épreuve et le grand sacrifice dont elle fait montre durant les difficiles moments passés à la tête du département, cette dame de devoir a accompli des résultats tangibles que crédibles, comme la confiance retrouvée du pays avec les partenaires techniques et financiers, le maintien de la stabilité macro-économique, le retour de la croissance économique et la bonne tenue des finances publiques.
Ceux qui ont déjà côtoyé cette grande dame en savaient déjà sur son intégrité morale, son sens du professionnalisme et son courage à braver les tempêtes. Durant le temps qu’elle a dirigé ce département, plongé en ces moments difficiles sous les feux des projecteurs, cette dame a dû travailler dur, avec son équipe de cadres et de responsables techniques, à trouver les meilleures articulations possibles avec les partenaires financiers, lesquels après avoir été convaincus par la pertinence des choix stratégiques apportées à la gestion des finances publiques par l’hôtel de Finances, ont dénoué les cordons de la bourse permettant à notre pays de retrouver sa place de bon élève des institutions de Breton Woods.
Voilà un nouveau challenge qui s’offre à elle avec cette nomination à la Commission de l’UEMOA et pour la réussite duquel nous lui souhaitons une très bonne chance pour l’honneur de notre pays et pour le bonheur de l’espace communautaire.

Par Mohamed D. DIAWARA

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct