Regarder ORTM sur vos téléphones et tablettes

Disponible sur Google Play
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Conférence d’entente nationale: Bamako prépare sa contribution

Après les autres régions du pays (sauf Kidal), l’honneur revient à Bamako, la capitale, de tenir sa conférence régionale dans le cadre des préparatifs de la Conférence d’entente nationale prévue ce mois. Par cette rencontre, qui se tient depuis hier mardi au Gouvernorat du district de Bamako, il s’agira de recueillir les avis, les suggestions, les propositions et les attentes de l’ensemble des composantes de la capitale lesquelles seront remises à la Commission préparatoire.

Commission préparatoire conférence Entente nationale

Les travaux, auxquels prennent part les participants venus des six communes du District de Bamako, ont été présidés par le Directeur de cabinet du Gouverneur de Bamako, Abderahamane TANGARA qui a avait à ses côtés : Mme BERTHÉ Kadiatou MACALOU, membre de la Commission préparatoire de la Conférence d’entente nationale.
Cette rencontre, qui prépare la phase nationale prévue à Bamako pour ce mois, a mobilisé une centaine de personnes de toutes les catégories socioprofessionnelles.
Son objectif était d’analyser les causes profondes des crises que le Mali a connues et qui ont des répercussions sur la paix, l’unité et la réconciliation nationale. Voilà pourquoi il s’est agi après cet épisode douloureux d’explorer les voies et moyens pour rétablir la paix et reconstruire le tissu national.
C’est dans ce contexte que la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale est intervenue le 15 mai 2015 à Bamako, après les multiples et complexes négociations inter maliennes à Alger sous l’égide de la communauté internationale. Cet accord qui constitue le socle pour la reconstruction de la paix dans notre pays renferme une disposition consacrée à l’organisation de la conférence d’entente nationale. Il s’agit de l’article 5 qui stipule qu’ : « (…), une conférence d’entente nationale sera organisée durant la période intérimaire, avec le soutien du comité de suivi et sur la base d’une représentation équitable des parties, en vue de permettre un débat approfondi entre les composantes de la nation malienne sur les causes profondes du conflit… ».
Cette phase nationale vise à mobiliser l’ensemble des composantes de la nation malienne dans un débat public sur la refondation de l’État et la réconciliation, de recueillir et prendre en compte les contributions de l’ensemble des composantes de la nation, d’identifier les valeurs, les défis, les enjeux et des engagements communs qui fondent la volonté du vivre ensemble des populations maliennes.
La rencontre permettra d’aborder les questions relatives à l’Azawad, les aspects liés à la mise en œuvre de l’accord notamment les autorités intérimaires. En outre, elle fera l’inventaire des problèmes, des besoins et abordera la modification de la Constitution pour prendre en compte certaines dispositions de l’Accord. En somme, la Conférence d’entente nationale, qui se veut un cadre de construction de perspectives communes pour l’avenir du Mali, doit aboutir à l’adoption d’une Charte pour la paix, l’unité et la réconciliation.
Ce sont là aussi les axes majeurs de réflexion sur lesquels les participants de la conférence régionale de Bamako auront à aborder au cours de ces deux jours (hier et aujourd’hui) de concertation.
Il s’agira aux termes de ces deux journées de consultation, d’identifier les défis et les enjeux liés à la paix, l’unité et la réconciliation, de proposer des pistes de solution et des engagements communs devant permettre un vivre ensemble harmonieux, une paix et un développement durables et de définir les nouveaux termes d’une réconciliation nationale.

Par Mohamed D. DIAWARA

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct