Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Commémoration du 4e Anniversaire du régime : Un espace de campagnes pour IBK ?

Malgré qu’il ait prononcé officiellement que «L’Homme propose, Dieu dispose » en réponse à la question de savoir s’il est candidat à sa propre succession en 2018, le Président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Kéïta, s’est lancé dans une réelle campagne électorale à travers un espace dédié à lui par l’ORTM.

ibrahim-boubacar-keita-ibk-president-chef-etat-malien-allocution-discours-nation

C’était pour commémorer les quatre ans de son accession au pouvoir.

Le Peuple malien a assisté leur Président face à des questions préalablement élaborées comme pour caricaturer l’actualité et la réalité au Mali d’une part. Et, de l’autre, il s’agissait pour IBK, au plus bas de la côte de popularité, de saisir l’occasion pour tenter de reconquérir les cœurs des Maliens. C’est le moins qu’on puisse dire si l’on se réfère aux éloges faits par rapport à la réalisation de son programme présidentiel. Du moins, de ses promesses faites pendant les campagnes électorales de 2013.

C’est ainsi, comme projets à exécutés, IBK a annoncé la réalisation en cours de 7896 logements sociaux au compte du Programme Gouvernemental dont 270 dans les Régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et Mopti et 7626 autres au titre du Partenariat Public Privé (PPP) tout comme la promotion et la vulgarisation des matériaux locaux dans la construction de logements. Comme si cela ne suffisait, il a encore promu aux Maliens. « A cela s’ajoute d’importantes mesures sur la période des 3 ans (2017-2020) : – La relecture du Code Domanial et Foncier destinée à rationaliser la gestion du domaine de la Nation ;

-L’élaboration d’un système d’information foncière (Guichet unique du foncier) en tant qu’outil de gestion du foncier et de la fiscalité locale foncière ;

-La réalisation prochaine dans le quartier de Sebenikoro, en Commune IV du District de Bamako, de 1500 logements pour les militaires », a-t-il dit.

Alors que concernant le dernier projet, la pose de la première pierre a eu lieu il y a plus de deux ans. Mais, jusqu’à présent rien ne sort de l’ornière.

Toujours des promesses. A propos de la politique de recasement, il s’est glorifié : « le recasement des commerçants détaillants figure au nombre des préoccupations du Gouvernement qui se réjouit de tous les efforts que déploient la Chambre de Commerce et d’Industrie du Mali (CCIM), de concert avec la Mairie du District, pour la construction de nouveaux sites, pour reloger les déguerpis au nombre de 5000 sur la Rive gauche en octobre prochain ». Et de promettre encore : « En ce qui concerne le Marché Rose de Bamako, la pose de la 1re pierre de sa reconstruction est prévue pour le 22 septembre prochain. Cela permettrait de régler significativement le recasement des sinistrés de 2013 et de plusieurs déguerpis, pour une capacité d’accueil de 800 commerçants ».

L’épineuse question du sursis à la révision constitutionnelle

Sur ce point, IBK a estimé qu’aucun sacrifice n’est de trop pour le Mali en paix. Cependant, il a soutenu que « le projet n’est pas abandonné. Il faut se donner le temps de réunir le consensus le plus large possible autour de la révision constitutionnelle parce que dans tous les cas nous ne pourrons pas en faire l’économie».

Pour lui, surseoir à la révision constitutionnelle constitue la première étape des réponses à apporter aux attentes des Maliens.

En outre, le Président IBK a noté une timidité en ce qui concerne le soutien de la Majorité présidentielle. «Même si elle a maintenu une position légaliste dans un premier temps », a-t-il reconnu.

Par ailleurs, il a commenté «quant à l’opposition politique, il a joué le rôle qu’il a estimé être le sien».

Cependant, selon IBK, la société civile et de nombreux Maliens de bonne foi, soit n’ont pas compris l’intérêt de cette révision constitutionnelle, soit ont été abusés par d’autres qui ont des agendas n’ayant rien à voir avec le référendum constitutionnel.

En réponse à la question si un remaniement ministériel serait-il envisageable dans un avenir immédiat ou avant 2018, IBK a déclaré qu’après cette période d’écoute et d’échanges avec les Maliens, des décisions politiques et administratives s’imposent pour répondre à leurs attentes.

Oumar Diakité

 

Source: LE COMBAT

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct