Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Afrik actu * : Un partenariat égalitaire entre la France et l’Afrique ?

Le mardi dernier, le président Emmanuel Macron s’est adressé à la jeunesse estudiantine burkinabè avant de se soumettre à ses questions. Un exercice inédit pour un Chef d’Etat français dans un pays africain,  discutant de tous les sujets, même ceux qui fâchent actuellement comme  la question du Franc CFA. Lors de  son intervention, si la jeunesse africaine a  été  indubitablement au centre,  force est de constater que ses réactions  sont demeurées  très mitigées. Lorsque les uns continuent d’être pessimistes quant à la réalisation d’un partenariat égalitaire avec l’ancienne métropole, les autres gardent espoir.

Pourtant, Emmanuel Macron refuse d’être venu  défendre la politique africaine de la France. Pour la simple raison qu’il estime qu’il  n’y aura  plus de politique française en Afrique.  Ce, dans la mesure où  la France propose  désormais  un partenariat égalitaire pour le développement et non l’aide au développement comme ce fut le cas par le passé. Mais de telles  bonnes déclarations  et bonnes intentions suffisent-elles pour que s’instaure un partenariat égalitaire entre l’ancienne métropole et ses anciennes colonies ?

Le président Macron qui gouverne aujourd’hui la France, est un  jeune  homme de quarante ans qui  n’a ni connu l’ère coloniale, ni les dix premières décades d’après indépendance des pays africains (ayant majoritairement accédé à la souveraineté internationale en 1960).  A ce titre, même s’il est prêt à innover les relations franco-africaines en rompant  avec  les anciennes pratiques de ses prédécesseurs, il serait un leurre  pour la jeunesse africaine de croire qu’il  viendrait dans le continent noir pour une simple raison de philanthropie. N’est-il pas en compagnie des patrons de multinationales françaises ?

Comme tout président français,  Macron  va d’abord devoir défendre les intérêts économiques et stratégiques de son pays. Ce qui passe forcément par la vente de ses services à l’extérieur, à l’instar de Barkhane pour la sécurité du Sahel mais aussi  favoriser l’implantation d’entreprises hexagonales en Afrique. Ainsi, quoi qu’il veuille faire croire, sa visite africaine au Burkina Faso, en Côte  d’Ivoire et au Ghana,  n’est  autre  qu’une visite d’affaires.  Et ce ne sont que les intérêts français qui vont réellement compter pour lui. Alors, il revient aussi à nos chefs d’Etat et décideurs d’apprendre à  défendre les intérêts de leurs pays pour aller dans le sens de ce partenariat égalitaire tant voulu par les africains. Personne d’autre  ne pourrait   l’offrir  à leur place. Même pas « l’enfant de cœur » Macron !

Gaoussou Madani Traoré

Source: le challenger-mali

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct