Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Prison de Barouéli : Une dizaine de détenus en fuite

A la prison centrale de Baroueli, certains détenus ont pris la fuite, le lundi 23 août 2021, aux environs de 13H.L’évasion germée par un certain Adama Dembélé a permis à une dizaine de détenus de prendre la poudre d’escampette.

L’information qui n’arrête pas de dominer les toiles, s’est finalement avérée vraie. Des prisonniers estimés à une dizaine d’individus ont profité du désordre provoqué par un des leurs pour s’en fuir, le lundi dernier. D’une source sûre, l’évènement malheureux a commencé aux environs de 13h.Les détenus évadés sont tous des inculpés. Ainsi, tout est parti du désordre semé par un certain Adama Dembélé, inculpé de « vol qualifié et d’association de malfaiteurs ». Selon l’information que nous disposons, le fuyard Adama Dembélé est un prisonnier dangereux. « Adama Dembélé a profité de l’ouverture de la cellule de prison pour se précipiter dehors. Il a été suivi par d’autres prisonniers », nous confie la même source. Le pire, c’est que les détenus auteurs de cette scène n’ont pas manqué de courage de blesser certains surveillants de prison pour la réussite de leur coup. « La situation a engendré une blessure légère sur deux surveillants de prison déployés à Baroueli. En plus, deux détenus ont aussi été blessés lors de cet évènement », poursuit la source bien introduite qui indique : « C’est après avoir violemment battu l’agent de garde que les détenus ont disparu dans la nature ». Au moment où nous mettons cet article sous presse, aucun détenu n’est encore retrouvé. Mais « les recherches sont toujours en cours pour les appréhender et les mettre à la disposition de la justice », a martelé notre interlocuteur sous couvert d’anonymat, rassurant que « le calme est revenu à la prison, après la situation cacophonique et révoltante ».

Suivant une autre source, l’évasion est survenue quand deux surveillants de prison sont allés donner à manger pour ces prisonniers dangereux qui occupent une cellule à part. « Ils ont alors tabassé celui qui était proche d’eux avant de sortir. L’autre surveillant n’a pu rien faire pour les empêcher de s’en fuir », élucide la source. Dès l’annonce de la nouvelle dans la ville, les habitants ont été, d’après celle-ci, paniqués. La maison centrale d’arrêt de Baroueli ne se trouve pas au milieu de la ville, elle est un peu éloignée, d’après notre source. Cependant, le cas de Baroueli nous rappelle celui qui s’est produit à Kéniéba, dans la région de Kayes. En l’occurrence, une cinquantaine de détenus ont profité d’une séance d’éducation physique pour, courant cette même année, s’évader à Kéniéba. A la différence du présent cas, plusieurs blessés ont été enregistrés au cours dudit évènement produit à la maison centrale d’arrêt de Kéniéba, un des cercles de la région de Kayes. Ainsi, il faudra aussi rappeler que le cas de Kéniéba a eu lieu au moment où les surveillants de prison étaient en grève. Mais tel n’est pas le cas cette fois-ci. À cet effet, la question ne mérite-t-elle pas d’être posée à savoir si la prison de Baroueli est suffisamment dotée de personnel capable de veiller sur les détenus ? Les agents sont-ils insuffisants ou n’ont-ils pas joué leurs rôles pour empêcher un tel scenario ? En tout état de cause, il demeure sans équivoque que quelque chose a foiré quelque part dans cette évasion.

Mamadou Diarra

Source: LE PAYS

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct