Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Présidence de l’APCAM : Sanoussy Bouya Sylla investi dans ses fonctions

Le tout nouveau Président de l’APCAM, Sanoussy Bouya Sylla, a été investi dans ses fonctions, hier, mardi 23 mars 2021, pour un mandat de 5 ans. C’était au CICIB, dans la salle Djeli Baba Sissoko, sous la présidence du ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, Mohamed Ould Mohamed, accompagné de son collègue de l’environnement ainsi que le président par intérim du bureau sortant.

Le renouvellement des instances et organes des Chambres d’Agriculture est un long processus qui a commencé en décembre 2020 pour se terminer en mars 2021. Il a  concerné des hameaux et fractions, des villages, des cercles, des régions jusqu’au niveau national, cela, durant quatre mois. Dans son intervention, le nouveau président de l’APCAM, Sanoussy Bouya Sylla, a fait savoir que c’est en toute humilité et fierté qu’il reçoit la confiance des femmes et des hommes de la profession Agricole du Mali. Il a adressé sa profonde et sincère gratitude au gouvernement de transition pour tous les efforts en cours pour la réussite de la transition dans un Mali apaisé. D’entrée de jeu, le tout nouveau président a souhaité que désormais, toutes les activités entreprises dans le domaine Agricole au niveau national, régional et local par les projets et programmes au Mali soient faites sur le joug de l’APCAM et les Chambres Régionales d’Agriculture. « Toutes les faitières, interprofessions, coopératives sont membres de l’APCAM et ne seront être développées que par l’entremise de l’APCAM », a-t-il souligné. Ensuite, il a remercié le ministre pour avoir pu tenir ces élections dans la stricte neutralité et le respect des textes en vigueur. Aussi, il a remercié le président sortant, Mohamed El Moctar, pour son courage et son abnégation à tenir le bateau APCAM debout durant cette période.  Par ailleurs, il a pris l’engagement devant tout le monde de faire de l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture du Mali, une institution au Service des Producteurs Agricoles du Mali et exclusivement au Service des Producteurs Agricoles du Mali. Pour ce faire, il dira qu’ils ne ménageront aucun effort, lui   et son équipe,  pour résoudre la crise du coton et redevenir le premier producteur de la sous-région ; faire en sorte que le producteur Agricole puisse vivre de sa production ; favoriser l’inclusion des femmes et des jeunes ; défendre partout les intérêts de la profession Agricole ; contribuer efficacement à la formulation de meilleures politiques et stratégies de développement du Secteur Agricole; et enfin travailler de manière juste et équitable pour la promotion des familles professionnelles que sont l’agriculture, l’élevage, la pêche/pisciculture et l’exploitation forestière. Evoquant les perspectives de son mandat, il dira que leur ambition est de transformer l’Agriculture dans le cadre d’une approche chaîne de valeurs à travers une intégration de la dimension production, transformation, industrialisation et commercialisation des produits Agricoles. De même, il s’engage à faire la refondation de l’APCAM et la mettre au service du monde rural. à l’en croire, la réalisation de leur vision les oblige à relever certains défis dont le développement de l’Agriculture dans les régions du nord, gage d’une cohésion et de stabilité sociale; la dotation des Chambres d’Agriculture du niveau régional au niveau local en infrastructures; le renforcement des capacités opérationnelles des élus et des techniciens pour leur permettre d’accomplir leurs missions; et enfin l’autonomisation financière de l’institution par la mise en place d’initiatives de mobilisation des ressources internes et externes. Pour lui, cette bonne gouvernance est plus que nécessaire, car le Gouvernement du Mali consacre plus de 15% du budget national au secteur agricole et les investissements réalisés dans ce cadre se doivent d’être efficaces et efficients et faire l’objet de redevabilité. « Pour cela, je lance un appel à l’union sacrée au sein de la profession Agricole, un engagement pour le respect de la confiance placée en nous et de travailler à la satisfaction de nos mandants », a-t-il dit.Ainsi, le ministre a exprimé toute sa  satisfaction et celle du Gouvernement pour le travail accompli durant les quatre mois consécutifs qui a permis d’élire les Présidents et les membres. Aussi, il a félicité et remercié les membres du bureau sortant qui ont accepté malgré le contexte d’instabilité sociale et sécuritaire de renouveler les instances et organes à tous les niveaux. Au dire du ministre, copier coller sur maliactu.info  les conclusions des assises récemment tenues sur la filière coton et la subvention des intrants et équipements Agricoles constituent pour lui des priorités et des chantiers de travail pour le réseau des Chambres d’Agriculture du Mali. Outre, il a exhorté le bureau à s’engager résolument auprès de leurs ressortissants en vue de résoudre les multiples problèmes et contraintes auxquels ils sont confrontés pour une campagne Agricole 2021/2022 plus prometteuse, pour garantir la sécurité alimentaire et nutritionnelle d’une population en pleine croissance et de plus en plus exigeante. Il a également attiré l’attention du bureau sur la nécessité de renforcer le leadership du réseau des Chambres d’Agriculture sur l’amélioration de la gouvernance des Organisations Professionnelles Agricoles (OPA) et la restauration de la confiance mutuelle pour un monde rural apaisé et mieux organisé, une cohésion sociale solide et viable. selon le ministre, le bureau devrait s’engager dans les cinq prochaines années à proposer les meilleures stratégies permettant de  vaincre la faim et l’insécurité alimentaire en milieu rural et urbain ; maîtriser l’eau et garantir une gestion optimale pour réduire la dépendance des acteurs du secteur à la pluviométrie et aux changements climatiques; développer l’agro-industrie pour créer plus de valeurs ajoutées et des emplois en milieu rural et urbain; sécuriser le foncier rural et stimuler les investissements dans le secteur Agricole et de faire accéder les exploitants aux crédits, aux intrants et aux équipements Agricoles à travers un processus d’enregistrement permettant une identification claire et précise des acteurs.

Ousmane Baba Dramé

  Source: Le Républicain- Mali

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct