Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Organisation des scrutins de 2018 : Tièman Hubert Coulibaly parle sans convaincre

Dans un exercice pathétique qui a véritablement déçu les acteurs politiques, le ministre de l’Administration territoriale, Tièman Hubert Coulibaly, a tenté d’expliquer le bien-fondé de sa démarche. Sa sortie a été totalement ratée. Puisque les acteurs du processus électoral n’ont pas tardé à réagir pour mettre à nu ses arguments.

Comme réponse aux inquiétudes des acteurs politiques et de la société civile sur la tenue d’élections crédibles et transparentes, le ministre de l’Administration territoriale, Tièman Hubert Coulibaly, a improvisé une sortie médiatique la semaine dernière. Il tentait ainsi de se montrer rassurant quant à la tenue du calendrier électoral de 2018, plus précisément la présidentielle en juillet.

«J’entends les gens parler d’une transition. Quel est le fondement juridique et même philosophique d’une telle posture ?» s’est interrogé le ministre de l’Administration territoriale en conférence de presse le vendredi passé. «Tenir les élections, ce n’est pas seulement une compagne électorale qui permet aux hommes politiques de s’affronter. Ce n’est pas seulement une course pour occuper les fauteuils ou recevoir les privilèges. C’est aussi un processus qui permet à un pays de se structurer face à son destin. Le fait d’élire un chef d’Etat, les députés, les conseillers communaux, les présidents des régions, c’est une structuration de l’action nationale face à notre destin. Notre destin consiste à combattre le terrorisme. Si nous n’organisons pas les élections, d’un point de vue juridique, dans quoi allons-nous nous retrouver ? Nous devons nous battre pour organiser les élections”, a rappelé Tièman Hubert Coulibaly.

«Je n’ai aucun agenda caché»

«Une transition en 2018 ne sera pas la solution à la situation dans laquelle se trouve le pays. Car les institutions seront à l’arrêt. Dans un Etat d’exception, nous ne pouvons pas construire la paix. Et on nous demande de revenir dans un Etat d’exception en mettant entre parenthèses les institutions de la République. Je suis mal à l’aise avec cette idée de mettre volontairement les institutions entre parenthèses au motif que nous sommes obligés de nous battre contre le terrorisme. Je prétends que les Maliens doivent se battre pour préserver leurs institutions et Constitution. Je n’ai aucun agenda caché», a-t-il souligné.

Les propos du ministre sont peut-être rassurants. Mais ce qu’il feint d’ignorer, c’est qu’il a difficilement relevé ses propres défis. Il se veut rassurant sans pourtant expliquer les raisons qui l’ont poussé, en plein déroulement du processus électoral et le jour même du report des scrutins au mois d’avril 2018, à renouveler plus de la moitié du corps préfectoral, la totalité des préfets des régions de Kayes et Tombouctou,  et la moitié des Directeurs de cabinet des gouverneurs de région.

C’est pourquoi, des acteurs politiques pensent, qu’ayant pris peur de la sanction que le peuple allait infliger aux partis de la majorité, le gouvernement a préféré reculer pour préparer un gigantesque plan de confiscation du suffrage des Maliens lorsque l’on sait que, sur instruction n°001398-MAT-SG du 09 octobre 2017, le ministre de l’Administration territoriale autorisait les commissions de centralisation des résultats des scrutins, dominées et dirigées par les représentants de l’Etat, à procéder ” à  l’annulation totale ou partielle des résultats de certains bureaux de vote ” empiétant du coup sur les prérogatives des autorités judiciaires.

M. Coulibaly, après avoir vainement essayé de discréditer, par le mensonge, la calomnie et la méchanceté, certains acteurs, pour atteindre ses ambitions sordides, veut associer à cette posture funeste le tripatouillage des résultats des élections.

Le CRNOP recadre Tièman 

Dans son one man show médiatique, comme à ses habitudes, le ministre de l’Administration territoriale a affirmé avoir obtenu un consensus avec le Collectif des régions non-opérationnelles qui se bat depuis belle lurette pour leurs localités. Heureusement que ce mouvement a été prompt. Le Collectif des régions non-opérationnelles a, dans un communiqué, démenti le supposé consensus du ministre obtenu sur le calendrier d’opérationnalisation des régions de Bougouni, Koutiala, Dioila, Nara, Nioro, San, Kita, Bandiagara et Douentza, créées par la loi numéro 2012-017 du 2 mars 2012.

Il a par ailleurs affirmé qu’il n’y a jamais eu un accord pour le moment entre le Crnop et le gouvernement sur la proposition du ministère de l’Administration territoriale, qui est l’activation séquentielle desdites régions en trois phases : à savoir trois régions en 2017, trois en 2018 et les trois autres en 2019.

«Le Collectif des régions non-opérationnelles reste attaché à la déclaration de Bougouni qui est l’opérationnalisation desdites régions avant les élections locales et régionales. En outre, le collectif invite les populations desdites régions à rester mobilisées jusqu’à l’application intégrale de la loi numéro 2012-017 du 2 mars 2012…»

En clair, le ministre de l’Administration territoriale a tenté d’édulcorer la réalité au cours de sa conférence de presse.

Zan Diarra

SourceSoleil Hebdo

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct