Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Marché des locomotives : Comment le roi 12-12 et un ancien ministre des transports ont roulé les Maliens dans la farine !

La reprise du trafic ferroviaire est tant attendue par les Maliens. Surtout que ce moyen de transport est source de désenclavement du pays. Mais contre toute attente, des opérateurs économiques maliens, champion dans l’art de distraction se donne à cœur à joie à rouler les Maliens dans la farine. Au même moment certains pays de la sous région, sont en train d’investir dans ce secteur de transport qui est très économique et rentable pour les pays africains. C’est le cas du magnat du showbiz malien le roi 12-12 et ses acolytes, qui prennent plaisir à postuler pour des marchés dans ils n’ont pas les capacités techniques pour honorer leur engagement.


Mercredi 2 octobre 2019, le Conseil des ministres a eu écho de ce qu’a proposé le ministre des Transports et de la Mobilité urbaine d’alors, Ibrahim A. Ly pour la relance du trafic ferroviaire de voyageurs et de marchandises entre Bamako et Diboli. (Frontière avec le Sénégal).
Le Plan de relance de l’activité ferroviaire nationale de voyageurs et de marchandises, selon le Conseil des ministres, proposé par Ibrahim Abdoulaye Ly s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations du diagnostic des infrastructures ferroviaires et du matériel roulant.
L’opérateur économique Sidy Mouctar Dembélé connu sous le sobriquet roi 12-12 qui avait des soutiens des barons de l’ex régime s’est donné à cœur à joie à être un acteur incontournable pour la relance du trafic ferroviaire. Mais c’était mal connaitre les intentions réelles de l’homme.
En effet pour mieux appâter certains barons du régime d’IBK, l’opérateur économique sollicita des hommes d’affaires arabes pour s’adjuger le marché de livraison de wagons et de locomotives pour la relance du train au Mali. Ce qui a d’abord fait grincer les dents auprès des soumissionnaires, surtout que ce dernier ne s’y connait point dans ce secteur d’activité.
S’étant rendu compte que le roi 12-12, est un grand fêtard, les hommes d’affaires arabes ont pris leur distance avec ce dernier. Car, ils ont commencé à douter de ses capacités réelles à mener à bon port un tel projet. Commence alors le lobbying de ce dernier envers le ministre Ly pour que ce dernier lui apporte son soutien total, pour ce marché d’achat de wagon et locomotives pour que le train puisse siffler de nouveau.
L’ex-ministre qui n’avait pas pris le temps de mieux approfondir le dossier, s’est rendu compte qu’il venait de commettre l’erreur fatale qu’il ne fallait pas. Mais étant donné que l’homme a été engraissé par le puissant roi 12-12, il était obligé se battre de toutes ses forces pour se sauver d’affaire ainsi que son poulain.
Pour masquer leur deal, le ministre aurait concocté un plan ambitieux pour la relance du train voyageur et de trafic de marchandises entre la capitale malienne et la localité de Diboli, à la frontière sénégalaise. Concocté par le ministère des Transports et de la Mobilité urbaine, ce projet coûtera pour sa mise en œuvre la somme de 9 milliards 874 millions 86674 FCFA.
Le défi, c’est de traduire les paroles en actes. Mais avant, voilà encore, après des tentatives manquées, que le gouvernement adopte un plan de sauvetage de l’activité ferroviaire au Mali, pour restaurer la dignité des populations de Kayes. A cet effet, ce plan de relance s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations du diagnostic des infrastructures ferroviaires et du matériel roulant.
Des milliards de nos francs une fois de plus dilapidé entre un opérateur économique qui est plus familier des show-biz que le chemin de fer et le ministre Ly. Tous les moyens auraient été mis en place par l’ex ministre des transports pour justifier l’injustifiable avec son cabinet, pour que les milliards décaissés par le trésor ait des traces.
Alors que dans le fond tout ceci est basé sur du faux. Au moment où le Mali connaissait un mini gouvernement de six membres sous IBK avec à sa Tête Boubou Cissé, l’ex ministre malgré qu’il n’ait plus été reconduit dans ses fonctions fit le pied de grue avec son DFM pour laisser des traces des milliards dans le registre comptable de son département.
Tout ceci pour brouiller les pistes de sa maladresse et permettre à son protégé de ne point être inquiété, car ayant empoché Sa part du gâteau.
Le roi 12-12 très rusé, aurait aussi mis tout un réseau en place pour ne pas être inquiété de la situation. Pour ce fait, il n’hésitait pas à mouiller la barbe des personnes qui pourront être des obstacles sur son chemin à coup de millions.
L’ambitieux projet du ministre d’alors qui était : « la remise à niveau de la voie entre Bamako et Diboli sur 586 km, la réhabilitation de 19 gares ferroviaires, la restauration des campements pour la surveillance et l’entretien de la voie ferrée; la réhabilitation des dépôts et ateliers de maintenance; l’acquisition d’outillage pour l’entretien et la maintenance du matériel roulant, la location avec option d’achat de 4 locomotives reconditionnées d’une puissance nominale requise de 2400 CV, la réparation et la remise en état de 31 voitures, fourgons bagages et générateurs, la réhabilitation et l’acquisition des engins mécaniques et outillages d’entretien de la voie, la réhabilitation du système de télécommunication, la formation du personnel dans la gestion du patrimoine et de la sécurité ferroviaire.
Mais cet ambitieux programme n’est que sur du papier. Car le chemin de fer à quasi disparu, les spéculateurs fonciers sont déjà passés par là. En plus de cela la nouvelle société crée en urgence pour redonner espoir aux cheminots maliens à savoir la SOPAFER, attend toujours ses locomotives et wagons pour commencer ses activités.
Nous y reviendrons !!!!
La Rédaction

Source: Le Point

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct