Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Événements des 10, 11 et 12 juillet 2020: le Procureur appelle à témoigner

Les victimes des événements des 10, 11 et 12 juillet 2020, conformément à la volonté, du M5-RFP et toutes les organisations de défense des droits de l’homme, les citoyens épris de justice, ne sont pas oubliées. En plus de l’information judiciaire ouverte, depuis le mois de juillet, au niveau du 1er cabinet d’instruction du Tribunal de Grande Instance de la CIII du district de Bamako, le Procureur, à travers un communiqué, en date du 21 décembre dernier, vient d’inviter les victimes qui n’ont pas encore été auditionnées à se présenter à son cabinet pour être mises en rapport avec le juge d’instruction en charge du dossier. Cette invitation s’adresse aussi aux éventuels témoins pouvant contribuer à la manifestation de la vérité.

 

Il s’agit, selon plusieurs observateurs, d’un pas important dans la manifestation de la vérité dans ce dossier, qui a fortement ébranlé la République. Tout a commencé par des manifestations pacifiques à la Place de l’Indépendance pour dénoncer la mauvaise gouvernance et demander la démission du régime du Président, Ibrahim Boubacar Keita.
C’est dans ce cadre qu’un 10 juillet 2020, les responsables du Mouvement M5-RFP ont organisé une manifestation pacifique sur la place de l’Independence à Bamako, dans les villes de l’intérieur et au niveau de la diaspora malienne. Devant des milliers de Maliens rassemblés sur la place de l’indépendance, les responsables du M5-RFP ont décidé d’adopter la stratégie de la désobéissance civile. Ils ont donné l’ordre aux manifestants d’aller occuper les bâtiments et autres services publics, en guise de désobéissance civile.
La désobéissance civile entamée l’après-midi du 10 juillet 2020 par les manifestants du M5-RFP est déclinée en 10 actions. Mais la manifestation tournera rapidement au drame, notamment à l’Assemblée nationale où les locaux ont été saccagés et à l’ORTM qui a également enregistré des dégâts importants. Des manifestations violentes ont été poursuivies les jours suivants avec des morts d’hommes, même si les leaders du M5-RFP, qui ont appelé à la désobéissance civile, avaient insisté sur le caractère pacifique du mouvement, comme en font foi les 10 commandements :
1- « Baara den kuraw » Bloquons les services de l’État (sauf les services de santé), Installons-nous dans les cours et invitons les travailleurs à se joindre au mouvement. N’entrons-pas dans les bureaux et surtout ne détruisons ni document ni meuble ;
2- « Sira minè » Bloquons toutes les entrées et sorties des principales villes, des villes secondaires et tous les grands axes routiers ;
3- « Ponts minè » Arrêtons-nous systématiquement sur les ponts puis poussons nos engins le plus lentement possible ; Restons-y le plus longtemps possible et revenons en sens inverse ;
4- « Mounou-mounou » « baro da » Installons-nous et occupons systématiquement tous les ronds-points et déplaçons-nous de façon lente et circulaire. Les différents leaders qui habitent vers ces zones se joindront aux groupes ;
5- Falen falen ni ou ta ka saki : Relayons-nous les matins, après-midi et nuits de façon que chacun puisse rentrez chez lui pour manger, se laver et prendre des forces. Il y aurait des rotations de groupes selon les disponibilités de chacun. L’occupation sera permanente.
6- « Kotè taama » : Roulons lentement, très lentement, le plus lentement possible sur tous les boulevards, les rues, ruelles… (opération escargot) ;
7- « Pannes banbali » : Simulons des pannes partout et le plus souvent possible et descendons de nos engins pour les pousser ou aidons-nous à les pousser (Pannes fréquentes) ;
8- Jo ka baro : Arrêtons-vous et attendons le plus longtemps possible aux feux de signalisation même lorsque les feux sont au vert. Faisons la même chose aux panneaux de Stop et à toutes les intersections ;
9- « Wari bana » Ne payons aucune amende ou contravention pendant cette période ;
10- « Tabalé » Mettons en place des groupes mobiles de communication pour le cas où internet serait coupé ou ralenti.
IMPORTANT :
Ouvrons toujours des points de passage aux ambulances, sapeurs-pompiers et tous autres véhicules de secours « maliden nyuman ».
• Fraternisons avec les forces de sécurité « badenyan ».
• Ne bloquons pas de résidences privées et protégeons les biens privés (Stations-service — Banques — services de téléphonie…).
• Protégez au maximum les ambassades, Consulats et toutes les représentations diplomatiques et de façon générale tous les étrangers et leurs biens.
Dans son communiqué, le Procureur indique qu’une information judiciaire a été ouverte, depuis le mois de juillet 2020, et appelle les victimes qui n’ont pas encore été auditionnées à se présenter à son cabinet pour être mises en rapport avec le juge d’instruction en charge du dossier. Aussi, invitation a été lancée aux éventuels témoins pouvant contribuer à la manifestation de la vérité.
Les chefs d’inculpation retenus sont « faits d’assassinats, meurtres, coups et blessures volontaires aggravés, menaces de mort, tortures, violences et voies de fait, crimes et délits relatifs à l’exercice des droits civiques, attentats à la liberté, utilisation illégale d’armes à feu contre des manifestants, violation de domiciles et de lieux de culte, destruction d’édifices, dommages à la propriété et de complicité de ces faits ».

Par Sidi DAO

Source : INFO-MATIN

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct