Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Ces « démocrates » ont-ils vraiment tiré les leçons du passé ?

Nul ne sait où il va, s’il ne sait d’où il vient. Tel est l’enjeu de l’histoire : apprendre à observer le passé pour mieux comprendre le présent et tenter d’anticiper l’avenir. Une tâche rendue possible parce que l’histoire se répète – au moins deux fois, sinon plus. « La première fois comme une tragédie, la seconde fois comme une farce », précisait Karl Marx. Nous pouvons en rire, mais la farce perd de son mordant s’il s’agit de vivre à nouveau les moments les plus sombres de notre histoire.
Trente ans après la chute du régime du Général Moussa Traoré étiqueté sous le label de « dictateur » par les « démocrates » de la 25ème heure, ces mêmes acteurs se cachent aujourd’hui sous la couverture du « M5-RFP » pour contraindre un Président démocratiquement élu à rendre le tablier avant la fin de son mandat constitutionnel. Quelle farce! Heureusement que le Général Moussa Traoré a été réhabilité et a été remis presque dans tous ces droits avant de rejoindre l’autre monde.
des tracts dénonçant la farce électorale du 2 juin 1974. Ils sont arrêtés et condamnés à des peines allant de deux à quatre ans de prison.
L’arbre ne nous fera pas cacher la forêt. Tous ceux qui sont initiateurs du « M5-RFP » ont participé à la gestion du pouvoir de Mars 91 à nos jours. Ils sont donc coupables et comptables du bilan de la mauvaise gouvernance. Ils ont contribué à faire prospérer cette mauvaise gouvernance qu’ils dénoncent aujourd’hui sur la place publique pour berner à nouveau leurs concitoyens. Tout comme il avait été demandé aux militaires de faire leur mea-culpa après les manifestations populaires de mars 91, le Peuple devrait exiger la même chose aux acteurs politiques du mouvement démocratique au lieu de les suivre aveuglément sans connaître leur projet et leur véritable motivation pour la Patrie.
des tracts dénonçant la farce électorale du 2 juin 1974. Ils sont arrêtés et condamnés à des peines allant de deux à quatre ans de prison.
L’édification d’un Etat de droit et le respect de la règle commune par tous sont tributaires, à la fois, de la vision des leaders politiques et des objectifs politiques qu’ils entendent réalisés. Notre pays dispose de tous les instruments administratifs et légaux pour assurer un maximum de protection aux deniers publics par un contrôle interne efficace et un contrôle externe tout aussi efficace. De même qu’un audit organisationnel de toutes les administrations publiques en vue de leur assurer un fonctionnement toujours plus efficient. Cependant, les plus belles institutions du monde ne valent que par les hommes qui les animent.
ARISTOTE ne disait-il pas que « Seul le meilleur doit servir l’Etat » ! Est-ce qu’il y avait une réelle volonté politique de la part de nos « démocrates » à faire en sorte que les administrations publiques et les institutions de la République ne soient pas des coquilles vides permettant un enrichissement personnel ou de leurs clientèles politiques ? A l’évidence non.
des tracts dénonçant la farce électorale du 2 juin 1974. Ils sont arrêtés et condamnés à des peines allant de deux à quatre ans de prison.
L’échec du Président IBK traduit l’échec de notre processus démocratique car ce Monsieur est un produit issu de ce processus. C’est AOK et ATT qui ont la légitimités de critiquer et de dénoncer le bilan d’IBK. Ceux-ci ne peuvent pas le faire car le premier a tué l’école malienne et le second l’armée malienne. Sans école ni armée comment peut-on construire un État fort et crédible capable de lutter contre l’insécurité et la mauvaise gouvernance ? C’est pour cela qu’ils ont décidé de se taire à jamais et de laisser leurs anciens collègues ou camarades de lutte conduire ce pays vers une nouvelle aventure ambiguë à l’issue incertaine.
des tracts dénonçant la farce électorale du 2 juin 1974. Ils sont arrêtés et condamnés à des peines allant de deux à quatre ans de prison.
Nos hommes politiques ne tiennent pas compte des leçons ô combien prophétiques de notre histoire sinon ce que nous vivons aujourd’hui n’allait pas se produire. Churchill professait qu’« un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ».
Source: Bamada.net

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct