Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Bétisier : Le malparlage des démolisseurs

Entre un binôme ministériel de choc pris flagrant délit de bobards manipulation tendancieuse sur les opérations de démolition des occupations illicites, un Alki Iknane Ag Souleymane nommé commandant de la zone de défense et de sécurité du Gourma de la CMA, coupable de cumul de responsabilités incompatibles avec la fonction de ‘’parlementaire’’, et le bazar créé dans le Gourma par la CMA, les dossiers sont des palpitants.

Lisez votre BETISIER du jour

Le malparlage des démolisseurs

Dans un réclame gribouillé par les ministres des Affaires foncières, de l’urbanisme et de l’habitat et le ministre des Transports et des infrastructures, le gouvernement montre ses muscles, descend dans les égouts pour les exhiber et assène avec quelle fulgurance il peut tomber dans le registre ordurier : ‘’les opérations de démolition des occupations illicites n’ont pas cessé et le Gouvernement est déterminé à les poursuivre pour conserver la certification de l’aéroport international Président Modibo KEITA-Bamako-Sénou. Les ministres indiquent que le ralentissement des opérations procède du seul souci de réitérer aux occupants illégaux la sommation de quitter les lieux’’. De médiocres pamphlétaires, incapables de prendre de la hauteur dans la puanteur ambiante, ont recours à des termes bien épicés pour exorciser l’acerbité des ‘’victimes de la démolition de la Zone aéroportuaire’’, en surfant sur un déni toxique de réalité et la manipulation tendancieuse. Sauf amnésie collective des Bledards, aucun babillard n’a jaspiné sur une cessation des opérations de démolition ; mais une suspension des opérations de démolition. Et cela est indéniable, même pour les consciences les plus mal foutues. Il y a donc flagrant délit de bobards, pardon de dissimulation frauduleuse des faits réels. Ridicules, dérisoires, et grotesques, nos prestidigitateurs, qui vendent la martingale de la mobilisation de milliards de F CFA pour la construction d’un nouvel aéroport, d’un retrait de la licence ou la honte nationale d’aller embarquer dans les pays voisins pour pouvoir flyer, se montre incapables de débrider leur intelligence pour dénicher le prétexte digeste à la suspension de l’opération de démolition : ‘’réitérer aux occupants illégaux la sommation de quitter les lieux’’. Du n’importe quoi ! Dura lex sed lex. La loi est faite pour être appliquée, à défaut, le Gouvernement jette bas les armes et verse dans la pantalonnade. Quand on se bouscule au portillon du Haut conseil islamique du Mali pour avoir son onction, il faut être vraiment zinzin pour être sourd à sa supplique. Et puis, il faut cracher le pognon de l’entreprise Africa construction corporation (ACC), pour la démolition effective des constructions illicites dans le secteur dit zone prioritaire. Le montant total s’élève à 320 888 628 FCFA. Ce n’est pas une partie de plaisir pour un Gouvernement en funambulisme sur la ligne de crête. Baver des arguments spécieux à l’emporte-pièce, mais il faut dire le gwè aux Bledards qui ne sont pas des ânes bâtés et qui n’ont rien à foutre avec les papotages. En tout cas, dans ce binôme de ministres démolisseurs, il y en un à l’ego surdimensionné qui sera forcément froissé. C’est le sort des losers pathétiques. Mais, no stress, chaque chose en son temps et avec la matière. En attendant, les victimes marquent des points : ils ont réussi à faire disjoncter le Gouvernement qui se met à délirer.

Source : INFO-MATIN

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct