Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Vidéo. Procès de l’ex DG de la PPM contre des journalistes : la défense refuse de plaider sur le fond

Le procès en diffamation tant attendu, opposant l’ex-PDG de la Pharmacie populaire du Mali à nos confrères Bruno Segbedji et Paul Yapi N’guessandu du journal Mali-Horizon, Amadou N’Djim du journal le Point, s’est ouvert hier au Tribunal de Grande instance de la Commune IV.

Après que le juge ait décidé de joindre les exceptions pertinentes soulevées par les avocats de nos confrères au fond, ceux-ci ont décidé de ne pas plaider sur le fond. Mais, ils souhaitaient plutôt que le juge statue sur les exceptions avant de discuter du fond de l’affaire .

 

” Gabegie à la Pharmacie populaire du Mali : Comment Dr Moussa Sanogo pille la société “, est le titre de l’article de nos confrères qui est remis en cause. A la barre, Bruno Segbedji et Paul Yapi N’guessan se sont présentés. Normalement, l’examen de la procédure de diffamation au fond devrait avoir lieu. Avant d’aborder le fond, les avocats de la défense ont soulevé des exceptions de procédure qui écorche l’article 41, 42, entre autres, du code pénal qui traite de la procédure normale à suivre. Et le juge a décidé de joindre ces exceptions soulevées au fond de l’affaire. Cette décision du juge n’a pas été appréciée par les avocats de la défense. Selon eux, le juge aurait dû statuer sur les exceptions, avant de poursuivre sur le fond. Ce qui les poussa à annoncer publiquement qu’ils ne plaideront pas sur le fond, si le juge ne statue pas sur les exceptions citées. ” C’est la même démarche que nous avons toujours suivie dans toutes les procédures auxquelles nous avons participé. Il faut que cela soit pédagogique. Les exceptions ont pour effets, lorsqu’elles prospèrent de mettre fin à l’ensemble des poursuites. On ne peut pas les joindre au fond. C’est une violation des droits de la défense. Nous avons cité des lois et des jurisprudences tendant à contester la légalité de la procédure telle qu’elle a été initiée par l’ancien directeur de la Pharmacie populaire du Mali contre plusieurs journalistes. Ces exceptions auraient dû être vidées par le juge avant qu’on ne continue”, a soutenu Me Cheick Oumar Konaré, avocat de la défense.

Présent au Tribunal de Grande instance de la Commune IV, le président de l’Assep, Bassidiki Touré, s’est dit satisfait de la démarche emprunté par les avocats de la défense. Il a invité l’ensemble des journalistes à rester mobilisés jusqu’à la victoire finale. Le délibéré est fixé au 9 avril prochain.

Zié Mamadou Koné

Aumali.net

L’indicateur du Renouveau

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct