Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Système LMD : L’ÉCOLE DE SANTÉ LE BOUCTOU PREND LE TRAIN EN MARCHE

L’Ecole de santé Le Bouctou de Bamako s’inscrit désormais dans la mouvance du système LMD (Licence-Master-doctorat). Pour ce faire, l’établissement de formation a organisé, jeudi dernier dans ses propres installations, une conférence-débat.

Le vice-recteur de l’Université des sciences, des techniques et des technologies de Bamako (USTTB), le Professeur Ouateni Diallo, était le conférencier principal. On notait aussi la présence du président fondateur de l’établissement de formation, Dr Hamadoun Garba Cissé et de nombre d’invités.
Il est utile de rappeler que la cérémonie était couplée au lancement de la revue médicale du Sahel, une revue de recherche et de formation médicale continue qui entend apporter un plus dans la publication des études ou recherches scientifiques dans notre pays. Parce que les initiateurs de la revue sont convaincus que nos chercheurs doivent pouvoir s’exprimer dans la recherche et rassurer sur le potentiel de notre pays (nous disposons de réelles compétences dans le domaine des sciences).
Selon le président fondateur, cette réforme : Licence-Master-Doctorat désigne un ensemble de mesures modifiant le système d’enseignement supérieur pour l’adapter aux standards internationaux. Elle met en place une architecture basée sur trois grades Licence-Master-Doctorat, l’organisation des enseignements en semestres et unités d’enseignement, la mise en œuvre des crédits standardisés.
Le Dr Hamadoun Garba Cissé a aussi souligné que la réforme a été mise en place 2004 en France mais qu’elle n’a été adoptée par les Etats membres de l’UEMOA qu’en 2008.
Et le promoteur d’établissement de formation paramédicale de se dire convaincu que le système permettra, entre autres, d’assurer la réussite en réduisant autant que possible les échecs dans l’enseignement supérieur.
Il vise aussi à promouvoir un système de diplômes universitaires lisibles et comparables au niveau international, renforcer l’apprentissage des compétences transversales et permettre à l’étudiant de se construire progressivement un parcours de formation personnalisé. Le conférencier a expliqué que l’objectif visé est surtout la visibilité des diplômes. Car c’est un système harmonisé compatible avec la même structure permettant la mobilité des enseignants et des étudiants. Il favorise la réussite de l’université et l’insertion dans le monde du travail.
Par contre, il respecte la spécificité de chaque pays avec une logique de parcours et non une logique de filière. Par ailleurs, le Pr Ouateni Diallo a souligné que les cours sont organisés en semestres et que les parcours sont diversifiés. Mais il s’est empressé de préciser que le système a des exigences, notamment l’obligation de mettre en place des offres de formation, d’informer sur ces offres et la prévision d’une évolution. Il exige aussi un changement de mentalité, l’amélioration du cadre de travail et la promotion de la recherche. Pour revenir sur la revue médicale, le Dr Hamadoun Garba Cissé, également directeur de publication de ce support scientifique, a déclaré que nos pays sont sous-développés et sous-médicalisés et qu’ils ont besoin de revues médicales pour servir de tremplin aux chercheurs. La revue traite, non seulement, des questions de santé mais aussi de thèmes portant sur d’autres domaines de la science.
La revue tentera enfin de servir de «courroie de transmission» entre les différents professionnels de santé, en publiant des calendriers de congrès et conférences au Mali, en Afrique et en Europe, a indiqué Dr. Cissé.

Fatoumata NAPHO

 

Source: Essor

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct