Regarder ORTM sur vos téléphones et tablettes

Disponible sur Google Play
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Sortie de crise : Les critiques du nouveau chef de la Minusma

Malgré des progrès enregistrés sur le plan politique, le nouveau chef des casques bleus déplore les retards dans la mise en place de l’accord de paix. « La stratégie nationale sur la réforme du secteur de sécurité n’est pas finalisée.

contingent casques bleus minusma patrouille nord mali kidal

Les critères d’intégration des combattants, issus des groupes signataires, n’ont pas encore été déterminés et les huit sites de cantonnement construits par la Minusma demeurent vides.

Cette absence de clarté sur le cadre institutionnel entrave les efforts sur le terrain et ne contribue pas à instaurer un climat de confiance entre les parties », a analysé Jean-Pierre Lacroix.

 =================================

SORTIE DE CRISE AU MALI : Les limites de la Minusma rappelées

La menace requiert un ajustement du mandat de la Minusma et de son équipement, selon l’ambassadrice américaine aux Nations unies Nikki Haley. « L’équipement de la mission n’est simplement pas à la hauteur des exigences.

La Minusma opère avec seulement 62 % des véhicules de transport blindés qui devraient être déployés.

Quant à son mandat, il doit être raisonnable et réalisable. C’est pourquoi dans les prochains mois, les Etats-Unis se pencheront de près sur les objectifs des forces engagées, ainsi que sur leur répartition », a-t-elle déclaré.

Le Mali plaide, lui, pour un rôle plus offensif de la mission. Le mandat de la Minusma court actuellement jusqu’au 30 juin 2017.

Jean-Pierre Lacroix a également évoqué la possibilité de mesures ciblées contre des personnalités maliennes. « Il est temps d’envisager un régime de sanction contre les fauteurs de troubles », a-t-il dit au Conseil.

============================

MISE EN ŒUVRE DE L’ACCORD DE PAIX : Le Mali demande à l’Onu des sanctions contre ceux qui bloquent

Le chef de la diplomatie malienne était jeudi dernier devant le Conseil de sécurité. Abdoulaye Diop a profité pour parler des sanctions devant être prises contre ceux qui vont entraver la mise en œuvre du processus de paix. » Le gouvernement du Mali, depuis les négociations, a été un des tout premiers à appeler à l’application des sanctions, mais ces sanctions doivent être appliquées dans un contexte particulier. Ces sanctions peuvent être de plusieurs ordres, ça peut être des interdictions de voyager, ça peut être des restrictions sur des comptes bancaires, ça peut être des sanctions administratives. Donc, plusieurs types de mesures coercitives peuvent être mis en application pour même restreindre la liberté de mouvement de certains de ces acteurs. Donc, que toutes les personnes ou acteurs qui peuvent se retrouver dans une situation donnée puisse être sanctionnées sans qu’il y ait un parti-pris évident ».

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct