Suivez-nous sur Facebook et Youtube pour ne rien rater de l'actualité malienne

Somadex de Morila: Qui bloque les droits des compressés ?

Suite à des revendications, à des réclamations et à des contestations pour l’amélioration de leurs conditions de travail, le comité syndical des travailleurs de la mine de Morila dépose un préavis de grève le 21 juin 2005 pour les 06, 07, et 08 juillet 2005. Ces revendications conduisent à un licenciement abusif des centaines de travailleurs par la direction de la SOMADEX (société malienne d’exploitation). Et depuis cette date, les compressés de Morila courent derrière leurs droits. Mais où se trouvent les points de blocage ?

LES MOTIFS DES REVENDICATIONS ETAIENT …

… La falsification des contrats de travail. La société licencie à tour de bras les travailleurs dont les contrats avaient été falsifiés pour les transformer en contrat d’essai de six (6) mois afin d’échapper à des cascades de procès et à des condamnations certaines du Tribunal de Travail. Il faut préciser que certains ont travaillé pendant plusieurs années (entre 4 à 5 années) avec des contrats à durée déterminée renouvelés plusieurs fois en violation du code du travail du Mali. Ces pratiques sont du chef de personnel de la SOMADEX Mr Balamourou DIARRA. Balamourou est l’auteur de la falsification. Il défendait une administration non favorable au dialogue social. Les licenciements abusifs, les conditions indignes de travail, de vie, le non-paiement de la prime de rendement, une prime que les travailleurs avaient gagnée à travers un procès en février 2004, voilà des motifs de revendication. A la suite de cette grève, l’entreprise, par décision en date du 31 juillet 2005, a décidé de mettre un terme aux contrats de travail de 311 travailleurs dont tout le comité syndical pour abandon de poste.

DE L’INCENDIE DES BUS ET DE L’ARRESTATION DES LEADERS SYNDICAUX

Dans la nuit du 14 septembre 2005 deux bus de la SOMADEX ont pris feu dans la cour de la gendarmerie. Par la suite, trente-deux (32) anciens travailleurs dont des syndicalistes ont été interpellés puis détenus pendant plusieurs semaines sans mandat de dépôt. La SOMADEX leur reproche d’avoir brûlé les deux cars. Le Comité syndical dément toute implication. Car selon lui, cette attitude de la SOMADEX rime bien avec cet adage qui dit ceci : « Celui qui veut noyer son chien l’accuse de rage ». L’adage voudrait autrement dire que les ouvriers ne sont pas responsables de l’incendie d’autant plus que les cars étaient toujours gardés dans la cour de la gendarmerie. Dans l’enquête, les gendarmes affirment qu’ils n’ont rien vu alors que les deux bus étaient garés à environ 30 mètre de leur poste de garde. Ils sont pourtant payés par la mine pour sécuriser les engins. Cette affaire a soulevé un conflit et les tensions sont montées entre direction et travailleurs et ou entre grévistes et non-grévistes. Après l’incendie des deux bus, la confusion était totale. Pendant tout ce temps, le dialogue était resté bloqué. Des tentatives de médiation des autorités politiques et administratives du Mali vont se poursuivre jusqu’à la reprise du travail. Hélas, comme l’on pouvait s’y attendre, à la reprise, la SOMADEX envoya des gendarmes accompagnés d’un huissier de justice à la barrière pour interdire l’accès à la mine à 17 travailleurs. Ils étaient ciblés pour le licenciement.

Une autre assemblée générale se tient pour informer la direction qu’elle serait tenue responsable « d’un arrêt de travail.» Les tensions remontent de nouveau et les autres travailleurs décident de débrayer jusqu’à nouvel ordre. C’est alors que « la goutte d’eau fait déborder le vase ». Par la suite, 311 employés sont rayés de l’effectif de l’entreprise pour abandon de poste (selon la direction). Accompagné d’un huissier de justice et des gendarmes de Bougouni, le chef du personnel Mr Balamourou DIARRA oblige les travailleurs à signer les ruptures de contrats.

Ce dérapage est donc imputable à l’employeur et non aux travailleurs pour la simple raison que la société a manqué de professionnalisme
Derrière cette affaire, l’objectif visé était d’étouffer tous les mouvements des grévistes. Autant la loi interdit aux travailleurs grévistes de ne pas vandaliser les non-grévistes ou les membres de la direction, autant il est interdit à l’employeur de conspirer pour dissuader, perturber et empêcher les mouvements des grévistes, cela afin d’éviter les conflits sociaux. En 2006 des commandos para du camp de la gendarmerie débarquèrent au domicile du Secrétaire Général à Bamako Daoudabougou pour arrêter d’autres travailleurs parmi lesquels Mr Karim GUINDO Secrétaire Administratif du comité syndical pour l’incarcérer à Bougouni.

DES TRAVAILLEURS MIS EN PRISON

Plus d’une vingtaine de travailleurs ont été emprisonnés pendant quarante (40) jours d’une manière arbitraire. Et d’autres ont fait quatorze (14) mois en prison et tous sont libérer après paiement d’une caution de 15.000 FCFA. Vingt-trois (23) personnes ont été libérées par la suite. Quant aux neuf ((9) personnes, dont certains leaders resteront en prison pendant 14 mois. Le point d’orgue du conflit est une grève de 72 heures intervenue en juillet 2005. Monsieur le Président, il est amer et inadmissible que des pères de familles fassent la prison sur la base de fausses accusations orchestrées par des individus mal intentionnés, en complicité avec certains agents ou cadres de la direction.

DE LA SUREXPLOITATION (PRIME DE RENDEMENT)

En effet, à la suite d’une surproduction effectuée par la mine d’or de Morila, les objectifs de production avaient été doublés voire triplés en violation de la production initialement prévue qui était de (11) onze tonnes annuelle.) La convention aussitôt signée, le calcul de Morila-SA a consisté, pendant les trois premières années de production, à exploiter et extraire le maximum d’or. Et ainsi au lieu de 11 tonnes annuel soit 33 tonnes pour les trois premières années, elle a exploité quatre-vingt-quatre(84) tonnes en violation du cahier de charge signé entre les partenaires et cela, sans aucun paiement de taxe mais aussi avec une exonération de trois(03) ans.

Année 2000 (quelques mois)………………………………….4, 208tonnes

Année 2001……………………………………………………..23, 442tonnes

Année 2002……………………………………………………………….38,915tonnes

Année 2003. …………………………………………………… 16, 650tonnes.

Au total la mine a exploité 83,216 tonnes pour trois années d’exploitation au lieu de 11 tonnes initialement prévues. Selon la Convention Collective Minière, Géologique et Hydrogéologique en République du Mali, une prime de rendement est allouée aux travailleurs pour le dépassement des objectifs de production. Conformément aux protocoles d’accord signés entre les travailleurs et la direction de la Somadex, trois cent cinquante (350) millions de Franc CFA au total ont été payés.

Quant à Morila SA, elle a payé 500.000.000 millions. Les autres travailleurs sous-traitants (ANALABS, HYSPECT, COMPASS et OEM) ont eu chacun un mois de salaire
« Il est tout à fait irréfutable que la prime de rendement représente plusieurs milliards de francs CFA que la SOMADEX, Morila SA et ses sous-traitants refusent toujours de payer en complicité avec l’Etat du Mali » a déclaré le comité syndical. Tous les travailleurs concernés exigent le paiement de la prime de rendement conformément à l’arrêt du 23 février 2015 de la Cour d’appel de Bamako sur la convention collective minière, géologique et hydrogéologique en République du Mali. Les autorités d’alors ont été contactées pour cette affaire mais elle n’a bougé d’un iota. Le comité syndical a tout fait pour qu’on puisse mettre les compressés dans leurs droits. Du régime de feu Général Amadou Toumani TOURE en passant par celui d’Ibrahim Boubacar KEITA, tous ont joué la sourde oreille sur le paiement des droits des travailleurs licenciés abusivement dans la mine de Morila. De 2005 à 2012 il y a eu au total 1940 travailleurs licenciés dont 141 délégués syndicaux par la société dans les mines au Mali. Le syndicat des anciens travailleurs de la mine de Morila souligne que « C’est certes la défaillance des structures étatiques qui a été à la base de la crise politico-institutionnelle de 2012 et de 2020. Le Mali vient de loin et très loin et nous avons besoin d’institutions fortes et cela passe obligatoirement par la récompense du mérite et la sanction de la faute ».

Les travailleurs licenciés de Morila interpellent les nouvelles autorités de la Transition à prendre en compte leur dossier pour qu’ils puissent avoir gain de cause. Le comité syndical de la SOMADEX demande aux plus autorités de prendre cette opportunité pour redresser la situation afin de lutter contre la mal gouvernance, le problème d’insécurité, la corruption, la lutte contre le chômage, la crise scolaire, les violences intercommunautaires. Histoire de faire revenir le Mali aux Maliens et de l’empêcher de s’enfoncer de jour en lendemain dans la boue.

YOUSSOUF KONATE

 

Source: Le Soir de Bamako

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct