Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

SECURITE : Le Mali « dans l’œil du cyclone » terroriste

Révoltant de le dire mais il ne passe plus un seul jour où l’on ne parle de la mort d’un soldat au front. Si l’on a salué l’intervention de la force française Serval en 2013, l’on s’inquiète aujourd’hui de la dégradation de la situation.

 

Un civil tué par ci. Au moins dix soldats tués par là. Six soldats tués dans l’explosion de leur véhicule qui a sauté sur une mine… C’est le lourd fardeau que porte le Mali depuis que les terroristes et jihadistes ont pris le pays pour cible en 2012.

Après avoir sévi et fait du Nord du « Pays de Soundiata Kéita » leur sanctuaire, ces hommes sans foi ni loi ont tourné leur viseur vers le Centre qu’ils ont pratiquement mis sous coupe réglée.

Une chose est certaine, ce sont les Forces de défense et de sécurité du Mali, censées protéger leurs concitoyens civils, qui paient le plus lourd tribut à cette soif de sang inextinguible des terroristes et autres bandits de grand chemin.

Désormais, le pays est donc bien dans l’œil du cyclone, pour ne pas dire dans l’objectif des « fous de Dieu ».

 

La Force G5-Sahel « peine à se tenir sur ses deux pieds »

A l’instar de la Mauritanie, du Tchad, du Niger, du Burkina, le Mali est touché par le fléau. Sauf que, plus que leurs voisins, le Burkina et le Mali sont devenus comme des territoires conquis. Les terroristes s’y promènent dans certaines parties du pays presque sans crainte.

L’union faisant la force, et les « barbus » commettant leurs forfaits avant d’aller se réfugier de l’autre côté de la frontière, les cinq pays du Sahel cités ont alors pris la sage option, avec la bénédiction de la France, de créer le G5-Sahel. C’est une force qui a pour vocation de lutter contre le terrorisme, le grand banditisme et les trafics de tous genres dans cette bande sahélo-sahélienne.

Mais le bébé a de la peine à se tenir sur ses deux pieds. Pis, depuis sa naissance [créé en 2015, le projet a été relancé en 2017], la nurse que ses géniteurs lui ont trouvée, en l’occurrence l’ONU, ne peut s’en occuper parce que les Etats-Unis s’opposent fermement à ce que cet enfant entre dans la famille.

 

Un besoin d’argent et d’équipements

Pour cette force, cette situation est plus que précaire. Et elle peut difficilement compter sur les armées de pays membres démunis. Le G5-Sahel se démène donc comme un diablotin dans un bénitier, laissant le champ libre aux terroristes qui font feu de tout bois.

Fort heureusement, la force française antiterroriste Barkhane, malgré ses limites et les accusations de complaisance de sa part à l’égard des terroristes, est présente. Elle empêche le terrorisme de déployer ses ailes à sa guise.

De son côté, le G5-Sahel garde l’espoir de réunir l’argent et la logistique nécessaires à son fonctionnement.

Assi de Diapé

LE POINT DU MALI

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct