Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Sans Tabou: législatives, un mouvement politico-religieux dans la course

Les électeurs maliens sont convoqués dans les urnes le 29 mars prochain. Les partis politiques, associations et candidats indépendants sont dans les tractations pour faire des listes en vue d’avoir le maximum de députés possibles à l’Assemblée nationale. Pour la première fois dans l’histoire démocratique du Mali, un mouvement politico-religieux est dans la course pour la conquête de représentants à l’Assemblée nationale. Son objectif déclaré est d’avoir beaucoup de députés et de barrer la route au mouvement démocratique.

 

La Coordination des mouvements, associations et sympathisants (CMAS) a été mise en place par des adeptes de l’imam Mahamoud DICKO le 1er août 2019. Son objectif est de soutenir les idéaux de l’ancien président du Haut conseil islamique. Déclarée mouvement politico-religieux depuis sa création, la CMAS entend marquer son emprunt sur la scène politique malienne. Pour influencer les grandes décisions dans le pays, elle veut bien se positionner à l’Assemblée nationale, apprend-on. Ainsi, pour les élections législatives qui pointent à l’horizon, la CMAS veut donner du fil à retordre aux hommes politiques, principalement au mouvement démocratique, sur la scène politique, depuis 30 ans.

Après son lancement officiel, la CMAS s’est lancée dans une vaste opération de charme pour installer ses bases, pardon, ses structures dans les six communes de Bamako et à l’intérieur du pays. Son objectif est clair : participer aux prochaines élections législatives de la façon la plus belle.

Selon nos sources, depuis la convocation du collège électoral, elle s’est lancée dans la signature d’alliances politiques et électorales. Ainsi, une alliance a été signée avec le parti CODEM du ministre Housséini Amion GUINDO avant hier mercredi.

Selon Issa Kaou DJIM, un très proche de l’imam Mahamoud DICKO, à travers ces alliances politiques, la CMAS veut bien s’organiser, se structurer pour ratisser suffisamment de postes lors des prochaines élections législatives.

‘’Notre prétention n’est pas encore d’être majoritaires à l’Assemblée nationale. Nous voulons contribuer au processus démocratique en commençant par participer à cette bataille électorale’’, a affirmé Issa Kaou DJIM après la signature de l’alliance électorale avec la CODEM.

Il a déclaré que ceux qui disent que la CMAS est un mouvement polico-religieux n’ont pas tort. Ce, d’autant plus que le récépissé délivré par l’État du Mali reconnait le caractère politique de la CMAS. « Donc, je me réjouis que la CODEM, sans complexe, s’affiche avec nous dignement. Cela prouve que le Mali aura un lendemain meilleur », a déclaré M. DJIM.

Pour lui, les différentes alliances de la CMAS contribueront à faire la rupture avec ce qu’il qualifie de ‘’politique politicienne’’. ‘’Il s’agit de ramener la politique à sa mission essentielle qui est de contribuer au développement de notre pays’’, a-t-il soutenu.

Dans ses alliances, la CMAS se dit catégorique. ‘’Nous n’allons jamais faire une alliance politique avec ceux qui ont confisqué la démocratie pendant 30 ans’’, a affirmé Issa Kaou DJIM.

C’est dire que les amis de l’imam Mahamoud DICKO ont deux objectifs affichés pour ces élections législatives : faire élire beaucoup de députés et barrer la route de l’hémicycle aux acteurs du mouvement démocratique.

PAR MODIBO KONE

INFO-MATIN

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct