Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Résolution de la crise sécuritaire: vers le G5 Sahel des acteurs de la société civile

Ouvert, lundi dernier, à l’hôtel Salam de Bamako, l’atelier intitulé « Sécurité et société civile au Sahel », initié par l’organisme américain national Endowment for democracy (NED) a pris fin, mercredi dernier.

mali mauritanie niger burkina tchad sommet g5 sahel

Placée sous le haut patronage du directeur de l’École de maintien de la paix Alioune Blondin BEYE (EMP), le général Moussa Sinko COULIBALY, représentant le ministre de la Défense et des anciens Combattants, la séance de clôture s’est déroulée en présence du chef de cabinet dudit ministère ; de la directrice des Programmes Afrique de l’Ouest et du Centre du National Endowment for democracy (NED), Kamissa CAMARA ; du directeur résident du National democratic institute (NDI-Mali), le Dr Badiè HIMA.
On y notait également la présence des délégués des Organisations de la société civile (OSC) venus des pays du G5 Sahel, notamment le Burkina Faso, le Niger, le Tchad et le Mali, ainsi que le Sénégal ; dont le porte-parole est Augustin SOME du Burkina.
Selon la responsable de NED, les raisons de l’organisation de la présente rencontre résultent du fait que la crise sécuritaire qui sévit au Sahel est principalement prise en charge par les forces de défense et de sécurité.
Or, ils se sont rendu-compte que la société civile a un rôle capital à jouer en aidant les forces de défense et de sécurité à bien remplir leurs missions. C’est pourquoi le NED a jugé donc important de les mettre ensemble afin qu’ils réfléchissent à des mécanismes de collaboration et voir dans quelle mesure les acteurs de la société civile pourraient aider les forces de défense et de sécurité à protéger leurs territoires.
Ce, d’autant plus que les acteurs de la société civile sont plus proches des populations et peuvent avoir des connaissances de terrain que les forces de défense et de sécurité n’ont pas, surtout dans les pays du Sahel qui sont très vastes.
Par ailleurs, a-t-elle fait savoir, ayant des contacts réguliers avec les populations à la base, les acteurs de la société civile des pays du Sahel pourraient, dans le cadre d’une franche collaboration, faciliter le travail des forces de défense et de sécurité dudit espace.
« Les organisations de la Société civile invitées, qui venaient du Mali, du Tchad, du Burkina Faso, du Niger et du Sénégal, ont échangé pendant 3 jours, et décidé de mettre en place un réseau qui va leur permettre de travailler ensemble dans la durée pour être efficaces », a soutenu Mme Kamissa CAMARA. Et d’ajouter que l’une des recommandations fortes a été la création du G5 Sahel de la société civile et d’un point focal au niveau des forces de défense et de sécurité nationales, devant se rencontrer régulièrement au niveau sous régional, afin de se mettre à jour par rapport à l’évolution du contexte et voir dans quelle mesure, elles pourront rendre efficaces et durables leurs efforts.
À l’issue de la présence rencontre, a-t-elle souligné, il est prévu de lancer un appel aux bailleurs de fonds à continuer à financer ces organisations de la société civile et de leur permettre de se retrouver régulièrement dans un des pays pour se mettre à jour par rapport à l’évolution du contexte sécuritaire dans le Sahel.
Car elle est persuadée que l’implication totale de la société civile ne peut se faire sans un soutien et une coordination au niveau national et avec les forces de défense et de sécurité.
En tout état de cause, Mme Kamissa CAMARA a réaffirmé l’engagement de NED à ne ménager aucun effort pour soutenir et accompagner les OSC dans cette dynamique.
Auparavant, le porte-parole des participants a vivement remercié le NED pour cette belle initiative.
Les participants, par la voix de M SOME, ont convenu du rôle capital de la société civile dans la résolution des crises sécuritaires au Sahel.
Pour sa part, le président de séance, le général Moussa Sinko COULIBALY, a fait savoir que la sécurité au Sahel ne saurait être sans une collaboration parfaite entre les forces de défense et de sécurité et les acteurs de la société civile. C’est pourquoi il s’est réjoui de l’organisation de cette belle initiative du NED, dont les recommandations pertinentes, a-t-il souligné, feront l’objet d’examen particulier pour parvenir à la paix durable et restaurer la sécurité, gage de tout développement.

Par Sékou CAMARA

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct