Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

MENACE DE NOUVELLE GREVE DU SYNTADE : Le gouvernement fait marche arrière

Le gouvernement et le Syndicat national des travailleurs des administrations d’Etat (Syntade) sont parvenus à un accord suite à l’annonce de la grève de 5 jours annoncée par le Syntade.

yacouba katile secretaire general untm syndicaliste bourse travail

La grève de 5 jours annoncée par le Syndicat national des travailleurs des administrations d’Etat n’aura finalement plus lieu. C’est du moins les conclusions des négociations entre le Syntade et les négociateurs du gouvernement tenues dans l’après-midi du vendredi 3 novembre.
La délégation du Syntade était conduite par Aliou Daou et celle du gouvernement par le ministre de la Fonction Publique Raki Talla bien sûr sous l’œil vigilant de la commission de conciliation.
Après plusieurs heures de négociateur, les deux parties ont convenu de ce qui suit : la suspension des effets de la loi N°014-015 du 27 mai 2014 portant création de l’Office centrale de Lutte contre l’enrichissement illicite (OCLEI) ; l’arrêt de toutes les activités publiques de l’OCLEI jusqu’à la relecture complète de la loi 014-015.
La commission qui sera mise en place sera composée des représentants du gouvernement, du Syntade assisté par les conciliateurs et de toutes expertises, selon le ministre Raki Talla. Elle aura pour mission « d’évaluer les insuffisances » de la loi incriminée.
Le syndicat avait observé une première grève d’avertissement allant du 25 au 26 novembre après l’échec des discussions du 20 octobre 2017. La raison de la révolte du Syntade a révélé le secrétaire général du Syntade, est que l’esprit de la loi portant création de l’OCLCEI est sélectif et empreint de « discrimination », de « stigmatisation », à l’encontre de ceux-là qui sont les principaux pourvoyeurs de fonds de l’Etat et qui semblent traités comme des corrompus. Selon M. Katilé, d’autres comme les ministres, les députés et autres élus sont superbement ignorés.
Amadou Sidibé

 

Source: lesechos

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct