Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

MARCHE DE SYNERGIE DES SYNDICATS ENSEIGNANTS :Le Bras de fer continue

Allons dans les coulisses des grévistes pour voir de plus près ce qu’ils pensent au fond de leur pensée et dans leur imagination. Au vu du degré de respect de la marche un peu partout dans le pays, le ministre du Travail et de la Fonction publique, celui de l’Education nationale et le gouvernement tout en entier sont dos au mur. Un mur qui ne peut résister à l’érosion du temps et de la liesse populiste qui prend de l’ampleur. Le Tigre doit-il se taire sur ce dossier car il n’est pas senti sur cette affaire. Deux constats se dégagent.

Premier constat, depuis le début de la grève des enseignants jusqu’à la grande manifestation du mercredi 6 mars 2019, les enseignants du Mali ne semblent pas désarmer ni reculer ni satisfaits des propositions faites de part et d’autre. Ils appellent l’Etat à assumer ses responsabilités face aux différentes doléances.
Pour le collectif des syndicats signataires, la marche est la seule alternative pour inciter l’Etat à respecter ses engagements. Leur slogan du mercredi était « Ensemble nous ferons tout pour revendiquer nos droits dans la légalité et dans la transparence. Cette marche n’entravera en rien le mot d’ordre de grève du 11 mars prochain ».
Second constat, cette démonstration de force des leaders des syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 coupe court à la campagne de désinformation entreprise par le ministre Racky Talla. Tout naturellement, certains hommes politiques tentent de récupérer ce business et se faire un peu populaires.
Les enseignants à la limite de leur stratégie commune ont tous été conditionnés. Désormais leurs revendications deviennent des monnaies d’échange. Si l’Etat veut qu’ils retournent en classe, il doit nécessairement satisfaire certaines de leurs doléances. Même au cas où ils retourneront en classe, le degré de leur engagement sera fonction du degré d’engagement de l’Etat à satisfaire leurs doléances.
Donc si l’Etat veut à ce qu’ils donnent la connaissance aux enfants, il doit leur donner ce qu’ils demandent. En tout cas, pour le moment, la seule solution qui émane de tout le peuple est de faire en sorte que tous les enfants des hauts cadres fréquentent l’école publique. Au revoir les écoles privées et la masse de chômeurs qui en découle.

Boncane Maiga

Le Point du mali

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct