Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Mali : Chers tous, mouvance présidentielle et oppositions

En écrivant ces quelques lignes, je voudrai vous rappeler que je ne réfléchis pas en terme de majorité présidentielle ou de contre mais je réfléchis en terme de malien qui chérie son pays, de vrai patriote sans hypocrisie.

conference reunion debats echanges rencontre minusma misma Mouvance présidentielle

Si l’on analyse le bilan du président de la république, on s’aperçoit que c’est catastrophique. Les promesses tenus lors des campagnes électorales sont demeurées voeux pieux. Il y a eu beaucoup de dérives des gouvernants dans la gouvernance, le taux de chômage s’élève de jour en jour, l’école malienne est en trépas, la pauvreté est endémique, la corruption est devenue une religion et l’insécurité est devenue professionnelle.

Tout ceci me rappelle que la gestion de notre pays n’est pas une question d’homme mais c’est un système qui s’éternise et s’institutionnalise depuis très longtemps.

Étant entendu que c’est une question de système même si l’on avait confié à l’opposition la direction du Mali eh bien, il serait rendu compte qu’un homme politique ne peut pas changer un système héréditaire.

Par résultat, le pouvoir en place a montré ses limites et son incompétence à gérer ce pays mais cela ne doit pas être un prétexte pour les contres pouvoirs de se garder sur une position de voir détruire le reste. Il n’est de l’intérêt de personne.

La marche fait partie des principes démocratiques mais au jour d’aujourd’hui nous devons la faire opportunément.

Par principe, nous avons des priorités pour lesquelles l’on doit opter telles que la marche pour dénoncer l’immixtion de la France dans nos affaires intérieures, exiger la présence effective de l’Etat à Kidal etc.

Il n’est pas important d’être dans la logique de tout gâcher pour voir échouer d’emblée le président Keita. Il a besoin d’être accompagné pour le salut de tous les maliens. Nous disons avec fermeté non au divertissement, à la manipulation, et au dilatoire. Nous voulons une opposition forte et constructive et non de celle qui instrumentalise le peuple et les institutions de la république en vue de désintégrer l’harmonie sociale et les idéaux de la paix au Mali.

Ainsi, nous devons tous être des messagers de la paix.

M. Fomba

chercheur à l’UCAD.

Source : Bamada.net

Leave a Reply

Be the First to Comment!

Notify of
avatar

wpDiscuz
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
ORTM en direct