Regarder ORTM sur vos téléphones et tablettes

Disponible sur Google Play
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

L’opposition dans le train de la paix: les dessous de la participation de Soumi et des amis

La paix n’a pas de prix, dit-on ! En tout cas, le gouvernement vient de prouver qu’il était prêt à mettre le prix qu’il faut pour que les Maliens se retrouvent, se parlent pour le retour de la paix et la réussite de la réconciliation nationale dans notre pays au lendemain de la signature d’un accord pour la paix et la réconciliation nationale.

soumaila cisse urd societe civile conference reunion majorite opposition parti politique

À l’appel et conformément au souhait du président de la république, Ibrahim Boubacar Keita, tous les acteurs ont enfin accepté d’embarquer dans le train de la paix, mais à différentes gares : signataires de l’accord, société civile, opposition et majorité présidentielle.

Après la Plateforme lundi, la CMA mardi, l’opposition susceptible et suspicieuse a accepté d’embarquer dans le train de la paix proposé par le président de la république. Le chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé, et ses amis, qui ont été d’une rare virulence contre le pouvoir ces derniers temps, sur la nécessité de la CEN, ont fait leur apparition dans le train de la paix ce samedi. Elle y arrive après quelques jours après la Plateforme et la CMA qui avaient été taxés d’avoir monnayé leur participation. Les deux parties (opposition et groupes armés) avaient successivement annoncé leur non-participation à la CEN à travers des communiqués vendredi 24 mars 2017 sur les antennes de l’ORTM. En effet, l’opposition qui avait pensé trouver des alliés avec la CMA et la Plateforme, pour boycotter la CEN, s’est vite retrouvée isolée, dès les premières heures de l’ouverture du rendez-vous, avec le changement de position des deux groupes armés signataires de l’accord.
À la suite de l’intervention du président de la république à l’ouverture des travaux de la CEN, la Plateforme et la CMA ont indiqué que leurs préoccupations étaient prises en compte. Par conséquent, elles n’avaient plus aucune raison de ne pas embarquer dans le train de la paix.
Que n’avait-on pas reproché à la CMA et à la Plateforme suite à ce ralliement ?
Sur la page Facebook d’un responsable de l’opposition on peut lire : « … Encore la plateforme et la CMA ont reçu dans la nuit du Dimanche à Lundi, la somme de 400 000 000 f CFA pour prendre le train de la conférence d’entente nationale » ; « la CMA et la plateforme ont accepté hier (lundi) à 21 h d’être présent aujourd’hui (à la CEN) contre, semble-t-il, 400 000 000 FCFA. On achète les gens pour foutre le pays dans l’insurmontable. L’opposition, à travers ce boycott, s’assume et ne participera qu’à une concertation nationale inclusive… », renchérissait un autre.
À la lecture de ces propos, ils sont nombreux les Maliens, à penser que cet embarquement de l’opposition dans le train de la paix est loin d’être gratuit. À l’image de la CMA et de la Plateforme, des frics ont été distribués pour convaincre Soumi et ses amis à embarquer dans le train. Les ballets diplomatiques ces derniers jours de la société civile, de la majorité présidentielle, de la médiation et autres acteurs de la paix ne sont dit-ont que de la poudre aux yeux.
Cependant, pour les partisans de la paix, peu importe la façon, l’essentiel est que les Maliens soient parvenus à se retrouver dans le train de la paix à son arrivée au quai, comme il a été souhaité par le président de la République. La finalité recherchée n’est autre que la paix. Alors vivement la paix dans un Mali meurtri par plusieurs années de crise ! Bravo également à la commission d’organisation au gouvernement et partenaires qui n’ont pas lésiné sur les moyens pour obtenir ce résultat.

Par Sidi Dao

 

Source: info-matin

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct