Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

La MINUSMA contribue à rendre l’administration malienne plus efficace

Du 11 au 20 juin 2019, s’est tenu un atelier de renforcement des capacités des représentants de l’État (préfets et sous-préfets), élus locaux (maires, autorités intérimaires et collèges transitoires). Organisée par le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation (MATD), au Centre de Formation des Collectivités Territoriales (CFCT) à Bamako, cette session a bénéficié de l’appui financier, logistique et technique de la MINUSMA.

 

L’objectif dudit projet était de permettre aux participants d’être mieux outillés en matière d’administration publique et de développement local. Financé par les fonds programmatiques de la MINUSMA et exécuté par le Groupe de Recherche d’Appui au Développement Institutionnel (GRADI), le projet a aussi bénéficié de l’appui technique de la Direction générale des Collectivités territoriales (DGCT) et de la Direction Général de l’Administration du territoire (DGAT).

Pour le Chef de cabinet du Ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, M. Haminy Belco MAIGA, il est primordial de renforcer les capacités des acteurs, afin de leur permettre de jouer efficacement leur rôle et d’assumer pleinement leurs responsabilités, gages d’une bonne réussite de la politique de décentralisation au Mali. Il fonde son point de vue sur l’article 20 de la loi déterminant les conditions de la libre administration des Collectivités territoriales, qui dispose en substance que : « les collectivités territoriales exercent leurs activités sous le contrôle de l’État et dans les conditions définies par la loi. À ce titre, les représentants de l’État exercent le contrôle des Collectivités territoriales et leur apportent l’appui-conseil conformément aux textes en vigueur ».

Il est important de relever que ce projet de renforcement de capacité, a également servi de plate-forme d’échange d’informations et de dialogue, entre les membres du corps préfectoral et les maires, mais aussi, entre les membres des autorités intérimaires et les collèges transitoires des régions du Centre et du Nord du Mali. Plusieurs thématiques ont été abordées en matière d’administration publique. L’on peut ainsi citer la rédaction de documents administratifs, le rôle du représentant de l’État, la police administrative, l’organisation des élections, le contrôle de légalité, la gestion domaniale et foncière, l’état civil, etc.

Au terme des 10 jours d’atelier, les participants ont formulé des recommandations qui ont été transmises au ministère de l’administration territoriale, afin qu’il en tienne compte dans son action au quotidien. Parmi ces recommandations, certaines sont d’ordre pratique, relatives à ladite session de formation. Comme par exemple la restitution de la formation aux autres membres des autorités intérimaires et collèges transitoires ; le maintien des mêmes participants pour la deuxième session consacrée à la décentralisation ; la déconcentration de certaines formations, compte tenu de la distance qui sépare certaines localités de Bamako. Au plan administratif, les participants ont recommandé de mieux définir les attributions des conseillers spéciaux pour leur permettre de jouer pleinement leur rôle et, de procéder à la nomination des collèges transitoires et autorités intérimaires et les communes restantes.

Enfin, pour les participants, il est important de doter les autorités intérimaires et collèges transitoires de moyens financiers et logistiques pour leur permettre d’assumer leurs missions et également, de poursuivre la dotation en moyens logistiques des Représentants de l’État en général et, ceux des nouvelles circonscriptions en particulier.

Source: Minusma

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct