Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

IBK : « ma main est toujours tendue, mais Soumi peine à la saisir »

Après avoir raccompagné ses homologues africains venus assister à son investiture, le 22 septembre dernier, le président IBK nous a reçus à sa résidence privée de Sébénikoro. C’était, le week-end dernier, quelques heures seulement, avant de s’envoler pour les Etats-Unis où, il devra participer aux travaux de l’assemblée générale des Nations-Unies, à New-York.

Mr le président, vous inspirez et respirez la grande forme. On dirait même, que vous vous êtes rajeuni de 30 ans…

Rires… Normal, Le Mollah ! Avec cette investiture grandiose, suivie du défilé militaire impressionnant auxquels vous venez de suivre, je me sens bien. Tellement bien, que je me sens dans la peau d’un jeune homme de quarante ans.
Ensuite, je me sens bien, car qu’il le veuille ou pas, Soumaïla Cissé me reconnaît, désormais, comme son président de la Rue publique. Il n’a plus le choix. Au risque de se faire huer par ses sympathisants.

Pourtant, parallèlement à votre investiture, Soumaïla Cissé et ses partisans devraient organiser des meetings, suivis de meetings à la Bourse du Travail.

Son investiture ne peut avoir lieu. Ses meetings, aussi. En lieu et place, ils ont programmé, l’après-midi, une conférence de presse. Qui n’a pu avoir lieu.
En clair, il vole d’échec en échec. Rien ne semble lui réussir. Je crois que la meilleure chose à faire pour lui, c’est de rejoindre son « Koro », que je suis. Afin de voir, ensemble, ce que nous pouvons faire. Non pas pour nous-mêmes ; mais pour le Mali, notre bien commun.

Pourquoi peine-t-il, selon vous, à saisir votre main tendue ?

A la faveur de leur dernière marche, il avait indiqué que ma main n’était pas, suffisamment, tendue pour qu’il la saisisse. Je crois, plutôt, que s’il n’a pas encore saisi cette main tendue, c’est parce qu’il est très court de taille pour la voir. Sinon ma main reste tendue au-dessus de sa tête. Pas comme un Epée de Damoclès. Mais presque.

Son entourage n’y est-il pas pour quelque chose ?

Bien sûr que oui ! L’erreur de mon jeune frère Soumaïla Cissé, comme vous l’aviez écrit dans votre journal, c’est d’avoir accepté de s’allier à Ras Bath. Quand ils ont célébré, avec faste, leur alliance, je me suis dit : IBK, ta victoire est à portée de doigt.

Nombreux sont les Maliens qui estiment que Soumaïla Cissé est un bon technocrate ; mais un piètre politique.

C’est vrai ! Figures-toi, que quand ils passaient le plus clair de leur temps à élaborer des discours, à me dénigrer… mes partisans, eux, faisaient le porte à porte pour convaincre les électeurs de voter pour moi. La suite, vous la connaissez !

Donc, pour vous, Soumaïla Cissé a été victime de son amateurisme… politique ?

Parfaitement ! Pire, il a agi comme tel. La preuve. En dépit du fait que mon bilan a été qualifié de « catastrophique », je l’ai battu avec un score de plus de 71%. Presqu’un plébiscite.

A l’issue de la réunion du Comité de suivi de l’accord, tenue la semaine dernière, au CRES de Badalabougou, il a été décidé, que toutes les parties signent un « pacte pour la paix », afin de donner un coup d’accélérateur à la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale.

Cette décision vient compléter la série de mesures prises, récemment, par les Nations-Unies, pour la mise en œuvre diligente de cet accord.
L’ONU a fini par ouvrir les yeux, en désignant, nommément, ceux qui faisaient obstacle à la mise en œuvre de l’accord.
Mais le défilé militaire du 22 septembre dernier et la montée en puissance de l’armée malienne prouvent à ceux qui en doutent encore, qu’il n’y a pas d’alternative à la paix.
Mais, s’il faut faire la guerre pour ramener la paix dans notre pays, nous la ferons.

Propos recueillis
par Le Mollah Omar 

Source: Canard Déchainé

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct