Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Honorable Karim Keita-Le sort de Karim  Wade au Sénégal n’est-il pas une belle leçon de morale ?

Comme on a souvent  l’habitude de dire : « les hommes passent, mais l’histoire reste ». Karim Keita, fils du président malien Ibrahim Boubacar Keita, député et président de la commission défense de l’assemblée nationale, s’entête à se livrer à des activités comme la vente et la location des véhicules entre autres, en violation de son serment. Pour raison de prudence, l’honorable doit se servir des leçons du sort de Karim Wade après la défaite de son père au Sénégal. 

honorable karim keita depûte fils president ibk abdoulaye wade senegal chef etat detournement fond corruption

Karim Wade et Karim Keita, deux prénoms  qui sont similaires, même si les noms sont différents. Le premier est le fils de l’ancien président du Sénégal, Maitre Abdoulaye Wade. Karim Wade, sous le règne de son père, avait occupé tour à tour, de nombreux postes juteux (ministre). Mais après la défaite de son père à l’élection présidentielle de 2013, il fut arrêté et emprisonné pour enrichissement illicite. N’eût été l’intervention du Qatar, il  allait croupir  davantage en prison.
Quant à l’honorable Karim Keita du Mali, son père S.E Ibrahim Boubacar Keita est président aussi en exercice pour  son tout premier mandat.  Mandat qui tire vers sa fin dans la déception totale,  pour la plupart des maliens, pour son incapacité à faire avancer le Mali. Dans cette situation déplorable, l’honorable Karim Keita doit-il chercher des voies et moyens pour faire en sorte que le  premier mandat de son père soit une réussite totale ou non ?
En république du Mali,  la loi interdit à toute personne assermentée d’exercer des activités à l’instar du commerce. Or, en tant que député et président de la commission défense de l’assemblée nationale, il serait partenaire commercial de la station Orix. En plus, il œuvre dans la location des voitures et aussi dans l’immobilier.  A  ces activités s’ajoute son trafic d’influence sur les grandes sociétés de la place, à savoir Orange-Mali et Malitel. Son influence serait aussi capitale dans la nomination des ministres et même des directeurs nationaux voire des DAF.
Sans faire une comparaison ou un procès d’intention, aucun fils d’un ancien président Malien, de Modibo Keita  à Djoncounda Traoré, n’a agi de cette manière,  comme s’il était au-dessus de la loi.
Qui  pouvait imaginer un instant  que Karim Wade allait passer ce long séjour en prison directement après le départ de son père du pouvoir ? Ce qui convient de dire, c’est qu’on ne doit pas être plus  royaliste que le roi lui-même. Seulement, la vérité est comme l’eau froide qui fait mal aux dents malades. Etre témoin de l’épreuve qu’à subit un aîné n’est-elle pas une meilleure leçon dont on peut et doit se servir pour ne pas subir le même sort ? Alors, que  Karim Keita sache mettre un peu  d’eau dans son vin.
source le dénonciateur:
Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct