Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

GUN: Boubou Cissé consulte

Nonobstant la main tendue annoncée du président de la République à ses opposants, l’implication de la communauté internationale et la proposition de gouvernement d’union nationale consensuel proposée par la CEDEAO, le Premier ministre Boubou Cissé a entamé dès le week-end dernier des consultations pour la mise en place de son gouvernement. Qu’est-ce qui peut justifier un tel forcing de Boubou Cissé ? Une complicité avec le Chérif de Nioro dont il a bénéficié, il y a quelques jours, les bénédictions ou le retrait prématuré de la CEDEAO du processus de dialogue entamé ?

 

Le Mali, depuis le 11 juin 2020, bientôt une vingtaine de jours, est sans gouvernement. À l’origine, la crise socio-politique qui oppose le régime du président IBK à une partie de la classe politique et de la société civile qui demande sa démission pure et simple. Aussitôt après sa démission, président Ibrahima Boubacar Keita a renouvelé sa confiance à son Premier ministre, le Dr Boubou Cissé, jeudi 11 juin. La démission du gouvernement Boubou I, qui intervenait cinq jours après une manifestation impressionnante de la coalition de mouvements de la société civile et des partis politiques, sous la bannière de l’imam Mahmoud DICKO au cri de “IBK dégage”, a occasionné deux adresses du président IBK à la nation réitérant sa main tendue à ses opposants.
On comprend dès lors que le blocage actuel dans la mise en place du gouvernement Boubou II s’explique par cette nécessité de dialogue entre les acteurs maliens pour éviter de précipiter le pays dans le chao.
« Ma porte est ouverte et ma main toujours tendue », a déclaré le président Keïta, dans un discours à la télévision nationale. Dès lors, des tractations ont commencé entre les parties. Après tant de jours de discussions et de suspens, les acquis semblent toujours maigres. Mais pour le moment, la solution qui semble plus faire recette réside dans les propositions de la Communauté internationale autour de la CEDEAO. En effet, après avoir noté que l’Arrêt rendu par la Cour constitutionnelle dans le cadre du contentieux des dernières élections législatives est à la base de la crispation socio –politique actuelle, l’organisation sous régionale avait donc instruit une batterie de mesures aux autorités maliennes notamment au président de la République pour la sortie de crise. Il s’agit entre autres de reconsidérer ‘’les résultats de toutes les circonscriptions ayant fait l’objet de révision par l’Arrêt de la Cour constitutionnelle et l’organisation de nouvelles élections partielles ; la mise en place d’un Gouvernement consensuel d’union nationale’’ tenant compte des recommandations du Dialogue National Inclusif.
Alors que les tractations sont toujours en cours autour de ces points, l’on apprend que depuis le week-end dernier, le Premier ministre Boubou Cissé avait entamé des consultations pour la mise en place de son gouvernement. Selon des sources concordantes, plusieurs partis politiques de la place ont été démarchés dans ce sens.
Cependant, contacté hier par nos soins un membre de l’opposition estime qu’ils n’ont pas encore été consultés sur une quelconque décision de formation d’un gouvernement. D’ailleurs, pour ce responsable de l’opposition, la formation d’un gouvernement avec le régime IBK n’est pas encore à l’ordre du jour. Toutes les entités composant le M5 sont unanimes sur une seule chose : la démission du président IBK.
En tout cas, à l’état actuel des choses, les compromis trouvés par les négociateurs sont maigres : aucun consensus autour du gouvernement d’union nationale de consensus encore moins la dissolution de l’Assemblée nationale ou de la Cour constitutionnelle’’. En effet, la solution de gouvernement Consensuel d’union nationale de la CEDEAO suppose même un compromis autour du Premier ministre lui-même qui n’est pas forcément celui reconduit unilatéralement par le président IBK au lendemain de la démonstration de force du Mouvement du 5 juin. En tout cas, hier dimanche encore, la mission de dialogue de la CEDEAO appuyée par la communauté internationale était en conclave avec des parties à la crise à l’hôtel de l’Amitié de Bamako.
Par ailleurs, on sait qu’au moment où le Président de la République accélérait les consultations avec les acteurs du M5-RFP et autres personnalités du pays en vue d’endiguer la situation, le Premier ministre fraichement reconduit s’est envolé pour Nioro du Sahel, ce 17 juin 2020 où il a rencontré le Cherif Bouillé HAÏDARA qui a fait des bénédictions pour lui en tant que fils et pour la paix dans le pays. Boubou serait-il en complicité avec le très respecté chef religieux avec bien sûr les bénédictions de son patron pour réussir son forcing ?
Tout est-il qu’il a entamé les consultations pour la mise en place de son gouvernement. L’évolution de la situation dans les jours et semaines à venir nous en dira davantage !

Par Sidi DAO

Source : INFO-MATIN

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct