Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Grogne autour du scrutin présidentiel du dimanche dernier : « Il y a des localités où ma famille et mes proches ont voté, mais on annonce que j’ai eu zéro voix là-bas. Qu’on se dise la vérité ! », s’insurge Mohamed Aly Bathily.

Depuis la publication des  premières tendances du premier tour de l’élection présidentielle du dimanche dernier sur les réseaux sociaux, la scène politique malienne est envahie par des discussions houleuses et des crocs-en-jambe récurrents. Le mercredi dernier, lors de la conférence de presse des dix-huit(18) candidats, à la Maison Presse, le candidat Mohamed Aly Bathily a pointé du doigt accusateur vers le clan présidentiel pour une tentative de bourrage d’urnes et de fraudes ciblées.

 Plus de huit millions de Maliens étaient appelés aux urnes, le dimanche 29 juillet dernier, pour le premier tour de l’élection présidentielle. Une élection qui a été marquée par une faible affluence et plusieurs incidents signalés dans plusieurs localités dans les Régions du Centre et du Nord. Plus de sept cents Bureaux de vote ont été perturbés. Mais, les questions n’en restent pas là. L’inondation  des réseaux sociaux par de présumés résultats provisoires risque de créer la polémique. En substance, depuis la fermeture des Bureaux de vote aux environs de 18 Heures du dimanche dernier, le Peuple malien est désorienté, égaré, par des  suffrages fantaisistes et infondés. Le Peuple malien même ne sait plus de qui du Ministère de l’Administration Territoriale ou de la toile a les compétences réelles pour rendre publics les résultats du scrutin de l’élection en cours. Certains  individus dont des états-majors de partis politiques, chacun de son côté, l’un ou l’autre, postent des suffrages à sa guise. Et ces présumés résultats commencent à faire trembler dans le camp de certains candidats.

En effet, lors de la présente conférence de presse, Mohamed Aly Bathily n’a pas caché sa face et sa profonde déception. Selon lui, les tendances dites provisoires favorisant le Président sortant Ibrahim Boubacar Kéïta risquent d’engouffrer le pays. Si toutefois, l’on y prend garde. Le pays qui gisait dans le trou d’une crise politico-sécuritaire n’est plus à l’abri d’une éventuelle crise postélectorale dont les germes seraient ces résultats infondés. Hier, mercredi, à la Maison de la Presse, des signes annonciateurs de risques d’une grave crise postélectorale se dessinent déjà à l’horizon. Loin de nous l’idée d’oiseaux de mauvais augure. En revanche, c’est de rappeler que garantir la paix c’est œuvrer préalablement à la transparence au plan démocratique.

Le candidat Mohamed Aly Bathily a exposé ses doutes sur la crédibilité et la transparence dont le Gouvernement avait promis pour la bonne organisation du scrutin. Il dit avoir été victimé d’une de fraudes ciblées dans les localités dites son « fief ». En ces termes, il précise: «Notre vote a été triché, et ça se voit au clair. Il y a des localités où ma famille et mes proches ont voté ; mais on annonce que j’ai eu zéro voix là-bas. Qu’on se dise la vérité ! »

L’ancien Ministre de la Justice puis des Domaine de l’État d’IBK compterait-il sur ces tendances infondées sur les réseaux sociaux pour se sentir lésé ?
Le temps, l’unique juge, nous en dira plus !

Seydou Konaté

Source : LE COMBAT

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct