Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne

Enlèvement de Soumaila Cissé : A l’unisson des Maliens appellent à sa libération

Ils étaient des centaines à se mobiliser, à la Bourse du Travail, le jeudi 2 juillet, 100e jour de son enlèvement, pour réclamer la libération de l’honorable Soumaïla Cissé, président du parti URD, leader de l’opposition malienne, enlevé depuis le 25 mars 2020, dans le cercle de Niafunké , au nord-ouest du Mali.

L’ensemble de la classe politique était représentée à cette cérémonie des cent jours de détention du charismatique chef de l’Union pour la République et la Démocratie (URD).

Des autorités coutumières et religieuses y étaient également.

Le 1er vice-président du parti de la poignée de main, Pr. Salikou Sanogo, a salué la très forte mobilisation autour de l’enlèvement de Soumaïla Cissé.

L’ancien ministre remercie également les efforts des autorités en vue d’une issue heureuse de cette affaire. « Notre président manque terriblement au peuple malien », lance-t-il très ému.

Tour à tour se succèdent sur le pupitre, représentants des collectifs de jeunes, de femmes, des partis politiques et parents engagés pour la libération de l’opposant malien.

Choguel Kokalla Maiga, le président par intérim du Front pour la Sauvegarde de la Démocratie (FSD) décrit le dirigeant politique comme une « boussole », et espère enfin que cette fois, « quand il sera de retour, il accèdera à la magistrature suprême » après de nombreuses tentatives infructueuses « pour ce que l’on sait ».

Nous attendons toujours un signe de vie

L’étape solennelle de cette cérémonie est l’adresse de la sœur cadette de l’élu de Niafunké, Djouldé Cissé. « Mon frère Ibrahim, je reviens vers toi, une fois de plus pour demander des nouvelles de ton frère cadet Soumaïla Cissé. Nous avons appris à la télévision comme tout le monde, après ta sortie du 16 juin que ton frère se porte bien, et qu’il sera bientôt parmi nous. Hélas ! Ça fait 15 jours que nous attendons son retour. Ca fait cent jours aujourd’hui que nous sommes sans nouvelles de Soumaïla », regrette-t-elle.

« Ibrahim, puisque tu connais ses ravisseurs, pourquoi tant de silence vers ta belle-sœur, tes frères et sœurs ? », interpelle encore la benjamine de la famille Cissé, avant d’ajouter : « Nous attendons toujours un signe de vie de ta part, même un simple coup de fil, nous ferait un grand plaisir. Un signe de vie, un simple coup de fil. Notre inquiétude est grandissante. Nos vies se sont arrêtées, toutes nos pensées sont orientées vers ton frère. S’il te plait mon frère rassure nous. »

 Qu’est-ce qui bloque la libération de Soumaila ?

Puis elle enchaine, « nous savons que toi et ton équipe ne ménagez aucun effort pour le ramener sain et sauf à la maison. Mais, nous nous posons plein de questions à son sujet : qui détient Soumaïla, où est donc Soumaïla, qu’est ce qui bloque sa libération, Que devient Soumaïla. Quand est-ce que nous pourrons voir notre cher Soumaïla ?»

Des questions sans réponse, cent jours après le rapt du parlementaire.

« Nous osons croire que ses ravisseurs ne manquent pas d’humanité et qu’ils entendent la voix de tout ce monde meurtri qui attend avec insistance la libération de Soumaïla Cissé », conclut la présidente du Collectif des femmes pour la libération de Soumaila Cissé.

Aly Bocoum

 

Source: Bamakonews

Suivez-nous sur Facebook pour ne rien rater de l'actualité malienne
Ecoutez les radios du Mali sur vos mobiles et tablettes
ORTM en direct Toutes les chaînes africaines en direct